BullsFr

High in the Sky (S1-Ep5)

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 5 : Finition

Dans une ligue ou afficher des moyennes offensives supérieures à 80 PPG devient de plus en plus la norme depuis 2 saisons, Chicago affiche un sacré retard à l’allumage dans cette édition 2017. Avec une moyenne de 77.0pts inscrit par match, la 10ème attaque sur 12 de la WNBA, le Sky score quasiment 10pts de moins que l’an dernier, ou elle était en tête de ce classement (86.2PPG). La perte de Delle Donne est évidemment un coup dur, d’autant qu’elle était également la closer attitrée, celle par qui tout les ballons passait dans les fins de matchs pour assurer un scoring régulier et faire pencher la balance du bon côté. Depuis son départ, les cartes n’ont pas été redistribuées à ce niveau. L’incertitude règne encore sur qui doit obtenir les ballons dans les moments chauds. Chercher Dolson sous le cercle ? Laisser l’expérience de Pondexter prendre le dessus ? Tenter de libérer des espaces pour Quigley et ses shots meurtriers ? Pour’ l’instant, comme dans de nombreux autres domaines, Amber Stocks est toujours à la recherche de la bonne solution. Ainsi, Chicago a déjà concédé de trop nombreuses défaites en manquant totalement sa fin de match. Il n’y a que 2 matchs dans lesquels le Sky a plus scoré que son adversaire dans les 10 dernières minutes : lors du dernier succès à San Antonio malgré seulement 14pts inscrits, puis lors du déplacement à Washington fin mai ou elles ont claqué 33pts … après un 3ème quart à seulement 8 unités. Au moment d’aller à Phoenix vendredi pour boucler le Road Trip, ça n’augure rien de bon.

Pourtant l’entame de match est convaincante avec de nombreux drives’n’kicks et une adresse extérieure intéressante pour le Sky, qui s’applique défensivement pour couper Griner des autres avec des prises à 2 systématiques. Problème, beaucoup de fautes concédés rapidement et sifflées de manière parfois excessives vont petit à petit faire plonger les filles d’Amber Stocks, Dolson est rapidement en Foul Trouble, Boyette et Breland également, du coup Griner bénéficie de plus d’espace et Phoenix retrouve des couleurs pour signer un gros run et prendre le large à la pause (45-32). L’adresse extérieure de Quigley (Season High 19pts à 7/12 dont 3/7 à 3pts) et celle plus surprenante de Breland (18pts à 7/12 dont 3/6 from DownTown), permet de rester au contact mais l’avalanche de fautes et de lancés accordé parfois trop facilement au Mercury (39 lancers tentés, quasiment 1 par minute), aura raison de la bonne énergie déployée par Chicago, qui pour l’anecdote remporte le dernier quart 22-21 mis s’incline 86-78 face à une équipe qui n’avait pas besoin de tant d’aide pour s’imposer. Sortie pour 6 fautes en seulement 16 minutes, Stefanie Dolson enchaîne son Career High de 25pts à San Antonio par son pire match de la saison tandis que Pondexter sera exclue pour avoir contesté trop fort un call très très abusé sur Taurasi une nouvelle fois …

17g-Sights0618-32
Stefanie Dolson

Néanmoins un bilan de 1-2 On The Road n’est pas trop affreux au moment de retrouver la All State Arena et Indiana, d’autant que le Fever cherche encore sa 1ère victoire à l’extérieur. Mais non seulement Indiana est la bête noire historique du Sky, c’est aussi le retour à Chicago de Pokey Chatman, coach du Sky ces 6 dernières saisons, le jour de son anniversaire. Le cadeau de ses joueuses est donc tout trouvé mais là encore ce sont les locales qui prennent le dessus dans une première mi-temps maîtrisée de bout en bout, avec des attaques rapides, des extra passes ,une grosse présence aux rebonds et des replis défensifs énergique. Dolson bonifie chaque ballon qu’elle touche poste bas, Quigley enchaîne shots lointains et pénétrations gagnantes, Copper et Parker signent de bons passages en sortie de banc dans des rôles différents et l’ensemble fonctionne plutôt bien, prenant jusqu’à 10pts d’avance assez tôt dans le 3ème quart : 51-41. Mais dés lors la machine s’enraille. En à peine 4 minutes, Indiana signe un 14-3 violent qui les remet devant, profitant de pertes de balles insensés et multipliant les contre attaques. Chicago n’y est plus. Les bonnes attaques du début laissent place à des tirs précipités, trop de un contre un et moins d’énergie dans les duels. Comme si l’équipe avait lâché à la fois mentalement et physiquement, le manque de rotation fiable restant un problème de taille pour être performant sur la durée.

Au final c’est un 52-36 que place le Fever en 2ème mi-temps pour totalement renverser la vapeur et s’imposer 91-79. Encore une fois les leaders ont disparu côté Sky, avec seulement 2pts en 2ème mi-temps pour Quigley qui en avait mis 16 en première, Pondexter qui a disparue (10pts à 3/13 en tout) et Dolson peut servie et gênée encore une fois par un problème de fautes. Chicago n’a toujours pas gagné à domicile (0-5 désormais) et Pokey Chatman a de quoi jubiler au moment de quitter son ancienne salle. Avec la venue de Delle Donne et Washington dimanche prochain, difficile de voir Chicago enfin débloquer son compteur à la maison, à moins que le déplacement à Atlanta vendredi, ou elles ont gagné en début de saison, n’offre un peu de confiance en cas de nouveau résultat positif. Mais c’est loin d’être fait …

17g-Sights0618-34
Cheyenne Parker

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *