BullsFr

High in the Sky (S1-EP11)

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 11 : Rechute

A croire que la coupure du All Star Game a totalement coupé l’élan du Sky ! On avait laissé Chicago sur une superbe série avant la trêve et quelques succès de prestiges (seule équipe de la ligue à avoir battu Minnesota et Los Angeles) qui avaient relancé la machine et redonner quelques espoirs d’une lutte acharnée pour aller chercher un spot en Play-Off. Hélas la reprise de la compétition a de quoi laisser un gout amer. A Connecticut, les filles d’Amber Stocks avaient l’opportunité de conclure un très bon Road Trip (3-1) sur une bonne note et poursuivre leur marche en avant, mais le retour à la réalité a été douloureux ! D’entrée, le pressing haut exercé par Connecticut coupe tout accès au cercle et court-circuite le jeu de passes du Sky, qui ne trouve pas de bons tirs et surtout doit se contenter d’évoluer sur jeu placé sans possibilité d’accélérer et imposer son rythme. Au contraire c’est le Sun qui court et exploite chaque faille, prenant Chicago de vitesse et attaquant le cercle avec énergie. Dolson rentre 2 THREES et signe quelques bonnes séquences défensives mais les locales sont trop solides défensivement et prennent de nombreux rebonds offensifs pour s’offrir de précieuses secondes chances. Si le Sky reste au contact pendant un peu plus d’une mi-temps, l’effondrement sera total par la suite. Connecticut était trop rapide, trop agressif … tout simplement trop fort. Le score final (93-72) est douloureux mais juste …

La suite ne s’annonçait pas forcement plus simple car même si l’équipe retrouvait la All State Arena, les venues de Phoenix et New York étaient pièges, même si l’absence de Griner côté Mercury, qui arrivait à Chicago avec une série de 4 défaites consécutives, rééquilibrait un peu les débats. Et dés les premières minutes le Sky appuie là ou ça fait mal avec une recherche systématique à l’intérieur ou Dolson enchaîne les bons moves, tandis que les prises à 2 sur Taurasi gênent beaucoup Phoenix, qui force la grande majorité de ses tirs et manque d’adresse … Jusqu’au 2ème quart-temps ou, comme trop souvent, les rôles s’inversent. Le banc de Phoenix accélère, provoque, défend efficacement en zone pour couper le jeu de passe du Sky qui ne rentre plus rien. Menés de 7pts après un quart, le Mercury atteint la pause avec 5pts d’avance (42-37) …

17g-sog0708-31

Seuls les exploits de Dolson, qui continue de dominer outrageusement Inside, permettent au Sky de rester au contact tant la différence est énorme au niveau de l’apport des bancs. Currie et George enchaînent les possessions gagnantes en post up ou de loin devant une défense de Chicago peu réactive et qui n’attaque pas assez vite pour surprendre Phoenix de l’autre côté. Pourtant le match reste serré, avec Dolson encore et toujours, qui va établir un nouveau Career High (29pts), mais 2 énormes lay-ups complètement seuls manqués par Vandersloot et Pondexter dans les dernières secondes vont offrir le match aux visiteuses qui n’en demandaient pas tant (86-80) ! Une défaite rageante tant les titulaires ont montrés qu’elles pouvaient rivaliser avec une équie aussi dangereuse que le Mercury, mais le banc a été tout simplement absent et Pondexter continue de freiner l’équipe avec ses isolations à outrance.

A chaque défaite les faibles chances d’espérer les PO diminuent encore un peu plus. La réception de New York dimanche devait être l’occasion de se relancer et espérer un peu, mais là encore le Sky a affiché son incapacité à conclure une rencontre. Le scénario est assez similaire au match contre Phoenix, avec des équipes qui se rendent coups pour coups pendant de longues minutes même si c’est souvent le Liberty qui fait la course en tête, de peu. On observera également un nouvel apport famélique du banc, même si cette fois ça s’expliquer par les nombreuses absences (Parker, Boyette et Hampton), tandis qu’en face tout le monde participe et se montre productive en plus d’être très discipliné défensivement. Pourtant Chicago s’accroche et lutte pour revenir, une qualité qu’on a pu observer tout au long de la saison. Mieux, elles ont même la balle de match après 2 énormes contres de Young puis Quigley sur Charles qui offrent la dernière possession du match au Sky, avec 23 secondes et 84-82 NY. Dolson se retrouve totalement seule tête de raquette pour égaliser mais son tir ressort, permettant au Liberty de s’imposer au final 86-82 après 2 lancés francs …

17g-sog0708-24

L’absence de véritable closer dans les moments chauds a cruellement fait défaut et coûter des matchs qui valent cher. Les 2 défaites contre Phoenix et NY mais aussi celles à San Antonio ou contre Indiana plus tôt dans la saison ont montré les limites de l’équipe au moment de prendre les gros shoots. Malgré les belles saisons de Dolson et Quigley, il manque cette joueuse capable de faire la différence et ce n’est certainement pas Pondexter, cramée, qui est capable de le faire. Au final ça donne 2 nouvelles défaites rageantes car évitables à domicile, ou l’équipe peine toujours autant (2-9 seulement). Avec 10 rencontres seulement à disputer, dont un back-to-back cette semaine à Indiana puis contre Atlanta, les espoirs de rattraper 2.5 matchs de retard sur le 8ème sont minces. Mais pas impossible …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *