BullsFr

High in the Sky (S1-Ep13)

17g-sog-0810-09

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 13 : Prolonger le rêve

25 juin 2017 … pratiquement 2 mois jour pour jour, Chicago s’incline violemment à domicile face au Washington d’Elena Delle Donne (63-97) ! Une dixième défaite en 13 rencontre qui fait mal laisse à penser que le reste de la saison ne sera qu’un long chemin de croix. Amber Stocks continue de modifier ses 5 à longueurs de matchs sans trouver la bonne formule, l’équipe semble peu complémentaire et manque de vécu, notamment offensivement ou les pertes de balle sont légion et le scoring peu efficace. Les 63 pts inscrits ce soir là ne sont même un Season Low puisque Chicago n’en avait mis que 61 lors de la soirée d’ouverture. Responsabilisée à la mène depuis le début de saison, Cappie Pondexter peine à faire briller ses partenaires. Malgré sa 1ère place aux classement des assists après 3 semaines de compétition, ses isolations et son jeu lent n’aide pas à favoriser des joueuses comme Dolson et même Quigley, plus à l’aise sur de la transition que du jeu placé. Stocks décide alors d’ENFIN imposer le changement qui semblait le plus évident : remettre Courtney Vandersloot dans le 5 !

Malgré son absence en pré-saison car encore avec son club en Europe puis un court passage avec l’équipe nationale de Hongrie ou elle est naturalisée, Vandersloot est clairement la joueuse la plus à même de faire tourner l’équipe. Son QI Basket est l’un des plus haut de la ligue et elle a toujours su faire briller les joueuses autour d’elle et ce dés ses débuts pro en 2011, ou elle n’a besoin que de quelques semaines pour prendre la place de titulaire à la mène du Sky et est même sélectionnée au All Star Game. Une maturité et une intégration rapide qui ne surprend personne quand on sait qu’elle a passée ses années à l’Université de Gonzaga à s’entraîner personnellement avec un certain John Stockton, qui ne tarit pas d’éloges pour sa protégée, la comparant notamment à la légende du Hockey sur glace Wayne Gretsky pour son altruisme !

DHH_RiGVYAIBMS8

Retour à cette fin juin 2017. Vandersloot retrouve le 5 de départ et si les 2 premiers matchs sont encore des défaites (notamment l’humiliante déconvenue à San Antonio) qui met le Sky à 3-12 avant de débuter juillet, Slooty va passer la seconde et illuminer le Sky de son génie ! Face à Minnesota, meilleure équipe de la ligue, elle réalise une performance monumentale (26pts à 11/16, 7rbs, 13asts) et permet à Chicago d’infliger au Lynx sa 2ème défaite seulement de la saison, sur un score invraisemblable (100-76). Ce succès est le 1er d’une série de 5 en 6 matchs ou elle brille individuellement (3 autres doubles doubles dont un Career High de 14asts sur le parquet des Sparks, championnes en titre) mais transforme également le collectif. L’attaque va beaucoup plus vite, la circulation de balle est plus fluide et toutes les joueuses sont impliquées. Du moment qu’elles se démarquent, Vandersloot les trouve et dirige l’équipe d’une main de maître. Les résultats suivent et l’attaque cartonne avec de nombreux tirs à haute adresse. Bloquées à 76.3 PPG, la moyenne offensive de l’équipe prend un gros coup de boost (87.5 PPG ensuite) et des joueuses comme Quigley et Dolson prennent leur envol tandis que d’autres comme Copper, Young ou Hampton bénéficient de bien meilleures opportunités de briller.

Mais surtout, les Play-Offs redeviennent un objectif ! Malgré le retard cumulé à l’allumage Chicago reste dans la roue de Seattle et d’Atlanta pour obtenir l’un des derniers strapontin pour la post-season. 3 défaites consécutives après le All Star Game plombent un peu la progression du groupe mais Vandersloot ne lâche pas l’affaire et enchaîne les performances royales : 6 doubles doubles pts/asts consécutifs, du jamais vu dans l’histoire de la WNBA parce le « record » précédent était de 3 ! Le tout avec une adresse fabuleuse (53.2% sur la saison, 36/69 lors de ses 6 doubles doubles) et une menace constante à 3pts (39.3% dont 20/45 depuis qu’elle est dans le 5). Vendredi dernier elle frôle même le Triple Double face à Los Angeles (22pts à 9/13, 4/4 à 3pts, 8rbs et 12asts) ! Hélas cette défaite en double prolongation va laisser des traces dans les organismes. Hier soir face à Seattle, dans un match à la défaite interdite pour continue de croire aux PO, Chicago a craqué dans les grandes largeurs.

17g-SOG-0820-08

Avec 1.5 W de retard sur le Storm, Chicago ne peut plus se permettre de perdre, d’autant que Seattle reviendra à Chicago le 3 septembre pour le dernier match de la saison régulière. Maintenir le suspense jusque là aurait été extrêmement intéressant mais le suspense n’aura pas duré bien longtemps hier soir … Seattle prend Chicago à la gorge dés les premières possessions et le Sky se fait totalement dominé, battu dans l’énergie et l’intensité tout en étant incapable de reproduire les bons mouvements collectifs qui avaient relancés l’équipe ces dernières semaines. Comme les autres, Vandersloot est transparente (7pts à 3/9, 6asts, 5TO’s en 23 mins) et à aucun moment le Sky n’a affiché l’état d’esprit qui leur avait permis de remonter 20pts de retard face à cette même équipe du Storm à la mi juillet. Cette fois Seattle ne lâche pas l’étreinte et étouffe son hôte. 20, 25, 30, 35, l’écart ne cesse de grimper et atteint même 42 dans le 4ème quart (90-48) ! Au final c’est une violente défaite 103-66 qui vient mettre fin aux derniers espoirs de Play-Offs pour la franchise de l’Illinois. Car si sur le papier l’écart est de 2.5W en faveur de Seattle et Dallas, le calendrier restant s’annonce extrêmement compliqué à surmonter pour Chicago, qui va pourtant recevoir et Dallas et Seattle d’ici la fin, mais devra aussi se déplacer à Connecticut, New York et Minnesota. Même un sans faute ne garantira pas une place en PO, mais au moins, grâce au talent de Vandersloot, on a pu y croire bien plus longtemps que prévu.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *