BullsFr

San Antonio Spurs @ Chicago Bulls (21/10/17)

C’est l’heure du Home Opener pour les Bulls qui reçoivent une équipe des Spurs privée de Kawhi Leonard et Tony Parker. De quoi être optimiste ? Pas vraiment vu les limites affichées par Chicago lors de 1er match de la saison, avec de sérieuses lacunes des 2 côtés du terrain. Néanmoins, avec quelques ajustement dans les rotations (hello Fred), plus de communication sur les switchs et une meilleure répartition des cartouches en attaque, Chicago peut espérer tenir plus que les 12 minutes initiales à Toronto. Au delà du résultat, une progression dans le jeu serait déjà un bel accomplissement. GO BULLS !

Récap : Si on doit chercher un point positif : on a tenu plus longtemps qu’au premier match ! Après s’être écroulé au bout de 12 mins à Toronto, on a cette fois tenu 2 quart-temps et 6 minutes avant de sombrer. Pourtant ce n’est pas grâce à un jeu léché et bien huilé car dés le début on a assisté à du non Basket, avec quasiment pas de mouvement, que ce soit du porteur de balle ou des autres, aucun système mis en place, de l’improvisation en permanence et donc du déchet, beaucoup de déchet (37.8% aux tirs au final). On s’en sort grâce aux rebonds offensifs de RoLo et quelques séquences défensives pas trop affreuses mais en face San Antonio n’a pas été bien plus flamboyant dans une première période pauvre en rythme. Quelques bonnes passes ça et là mais rien qui transpire la fluidité, ce qui donne un match serré à la pause (41-38 pour les Spurs) et surement un remontage de bretelle de la part de Pop.

Si bien que les Spurs sont plus appliqués et disciplinés à la reprise, ce qui ne tarde pas à faire pencher le match en leur faveur. Avec des remplaçants inefficaces et une sélection de tir catastrophique, Chicago se tire volontairement une balle dans le pied. Le 1er THREE en carrière de Robin Lopez ne dit pas autre chose : on tank, on s’en branle, comme si les 12 tentatives à 3pts d’Holiday à Toronto n’étaient pas une preuve suffisante. Dans tout ce marasme, Markkanen continue de tirer son épingle du jeu avec quelques bons mouvements offensifs mais ni lui ni l’énergie de David Nwaba ne peuvent suffire dans un tel chantier. Grant a attaqué le cercle et y a été globalement efficace avec des Floaters, mais n’a rien construit, comme les autres. Pour le Hoiball, on attendra peut être encore 2 ans qu’il ait « des joueurs pour jouer son système », mais en attendant, il nous a concocté une daube extrêmement fade. Il n’y a pas de plan établi, on n’attaque quasiment pas le cercle, on ne provoque pas de fautes (9 lancers francs tentés) … Au final la défaite est tout ce qu’il y a de plus normal, l’absence TOTALE de collectif, un peu moins.

Score par Quart-temps :

— SAS-CHI
Q1- 19-21
Q2- 22-17
Q3- 24-17
Q4- 22-22
Fin-87-77

BoxScore

Next game : Mardi 24 octobre chez les Cleveland Cavaliers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *