BullsFr

Portis / Valentine, les « Baby Bulls » qui montent !

La glorieuse incertitude du Sport fait que rien n’est garanti, mais en l’état, il semblerait que les Bulls soient parti pour construire les prochaines saisons autour du trio qu’ils ont acquis lors du trade de Jimmy Butler l’été dernier, à savoir Zach LaVine, Lauri Markkanen et Kris Dunn, même si ses derniers n’ont que rarement eu l’opportunité d’être aligné ensemble cette saison et n’ont donc pas pu travailler leurs automatismes autant que souhaité.

Ceci étant, l’un des principaux objectif de la saison, annoncé comme tel par John Paxson en juin dernier, était également de favoriser le développement des jeunes joueurs présents dans l’effectif afin de se faire une idée de qui pourrait éventuellement accompagner le trio susnommé pour tenter de retrouver les sommets dans les années à venir.

Dans cette optique, certains noms se détachent clairement et si des joueurs comme Nwaba ou Noah Vonleh ont agréablement surpris, les principaux intéressés se nomment Bobby Portis et Denzel Valentine, dont la progression était attendue par tous après une saison dernière faite de hauts et de bas pour les 2 joueurs et des Play-Offs en demi teinte face à Boston, même si Portis avait bien débuté pour disparaître petit à petit. Et selon John Paxson, ils n’ont pas déçus : « Des joueurs comme Bobby Portis et Denzel Valentine sur le banc ont montré qu’ils étaient de vrais bons joueurs NBA et qu’ils pouvaient nous apporter des choses dans le futur. »

Plus affûté physiquement cette saison, Portis est progressivement devenu le leader de la Second Unit, plus particulièrement après le départ de Nikola Mirotic et les tickets shots qui vont avec (de 9.8 tirs par matchs à 13.4 depuis le trade). Capable de post-up avec sa puissance, de s’écarter avec une bonne adresse (un 34.8% à 3pts plutôt correct), il créerait encore plus de spacing s’il lâchait la balle plus vite sur les prises à 2. Si l’an dernier ses passages en 5 s’étaient soldés par des échecs, cette saison c’est tout le contraire et il n’est désormais pas envisageable qu’il joue à une autre position, sauf sur quelques rares tentatives de Small Ball ou il est associé à Felicio.

Son accident avec Mirotic reviendra toujours sur le tapis mais c’est un peu comme si ça lui avait servi de déclic. Sa discussion avec son ex coéquipier Taj Gibson aura été un élément important à ce moment là de la saison. « Il m’a dit de ne pas me soucier de mon rôle. Que je sois titulaire ou remplaçant n’est pas important. Ce qui compte c’est que quand je suis sur le parquet, je sois productif et aide l’équipe. » Des conseils précieux, surtout venant du parfait exemple de ce genre de situation, qu’il a suivi à la lettre. Bobby Portis est désormais l’élément le plus régulier de l’équipe, qui garanti de l’énergie, du scoring et de la combativité (dans le bon sens) tout les soirs. Même ces derniers temps quand le reste de l’équipe semble déjà en vacance, lui continue d’être à fond et ne ménage pas ses efforts, à l’mage de ses 16rbs en sortie de banc cette nuit à Miami, ce qui égale son record en carrière.

A 13.2 PPG (et plus de pts cette saison que les 2 premières réunis, 874 contre 873), il pourrait clairement se positionner dans la discutions au best 6th man, même s’il sera certainement ignoré par le faible bilan de l’équipe et va pâtir une nouvelle fois de la réputation qu’il s’est créée en frappant Mirotic, mais pour ce qui est de ses coéquipiers, tout le monde l’adore (il suffit de voir Dunn et Markkanen tapant des flex au All Star Weekend) et son éthique de travail est également mise en avant par beaucoup, comme John Paxson il y a quelques jours : « Je pense que je n’ai pas assez parler de Bobby Portis mais il s’est vraiment trouvé cette saison. C’est tout à son honneur car depuis qu’il est chez nous il est toujours le premier à la salle, tout l’été et c’est un exemple qu’on peut utiliser auprès des autres en leur disant que s’ils font la même chose que Bobby ils seront de meilleurs joueurs eux aussi. »

Reste à savoir quel rôle peut occuper Bobby dans le futur. Ses 3 apparitions dans le 5 cette saison n’ont pas été concluantes, du fait qu’il a beaucoup moins de tickets shots derrière le trio LaVine, Markkanen, Dunn. A voir ce qu’il pourrait donner s’il intégrait le 5 longue durée en cas de transfert de Lopez cet été, mais il semble tout de même plus à l’aise (et efficace) en sortant du banc ou il pourrait s’établir comme un 6ème homme de luxe au fil des ans, tel un Will Barton, un Lou Wiliams ou un Jamal Crawford, même si ce sont des postes différents. Avec une Team Option déjà activée pour l’an prochain, il est peu probable qu’il bouge cet été et aura donc encore un an pour prouver qu’il peut aider l’équipe à retrouver de l’ambition.

Denzel Valentine est un élément plus discret mais a lui aussi réussi à monter un joli dossier à son nom cette saison pour justifier sa présence dans le groupe l’an prochain. Principalement en attaque, ou il a modéré son amour du tir lointain, dont il a vraiment abusé lors de sa saison Rookie (208 THREES tentés sur ses 288 tirs, soit 72.2%). Cette saison, même s’il reste un shooteur de grande qualité, il a réduit son pourcentage de 3pts tentés à 50.9% (363 sur 712), en se montrant bien plus actif à l’attaque du cercle, développant un joli petit Floater bien efficace qui en a surpris plus d’un. De plus, sa vitesse et son Ball Handling lui permet de remonter la balle, il est plus à l’aise pour poser le jeu et reconnaître les mismatchs pour donner de bonnes passes. Comme Portis, il a doublé sa moyenne de pts par rapport à l’an dernier (10.3 contre 5.1) et affiche un jeu plus complet.

Défensivement il se montre plus actif pour anticiper et couper les lignes de passes adverses et malgré des limites physiques en terme de muscle, il n’est pas ridicule en un contre un, même s’il pourrait augmenter la vitesse de ses déplacements latéraux. Un peu comme Portis on sent qu’il a travaillé la dessus et que ça prend forme, mais il y a encore, logiquement, du boulot pour vraiment devenir un joueur qui compte à ce niveau.

D’ailleurs, plusieurs questions restent en suspend le concernant, notamment sur son poste. Il a pas mal été baladé en 2 et en 3, moins souvent en 1, ce qui ne change pas grand chose pour lui offensivement mais il est bien trop frêle pour défendre sur des 3 adverses et s’il reste en 2, il sera condamné à être un bencher derrière LaVine, même s’il aura du temps de jeu vu qu’il peut couvrir 3 postes. Sa régularité est également un souci. Denzel doit encore prouver qu’il est capable d’apporter tout les soirs et qu’il n’a pas juste des coups de chauds par ci par là, comme ses 34pts à 8/11 à 3pts face aux Cavs enchaînées par 8pts à NY et 10 vs Denver.

Les progrès sont là pour ces 2 joueurs et la marge de progression reste importante. Sauf pour compléter un trade, il est peu probable qu’ils migrent vers un autre club cet été et les Bulls peuvent donc les voir se développer pour une année supplémentaire avant de réellement décider de leur sort l’été suivant, ou la question d’offrir un nouveau contrat ou non à Portis sera d’actualité. Mais jusqu’ici, les progrès affichés sont significatifs et vont dans le bon sens, pourvu que ça dure.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *