BullsFr

High in the Sky (S2, Ep4)

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 4 : Apprentissage

Entre la blessure de Stefanie Dolson qui pourrait l’éloigner des parquets plus de temps que prévu, celle d’Allie Quigley et les retours récents de Courtney Vandersloot et Astou Ndour, toutes 2 propulsées dans le 5 à leur arrivée, l’effectif du Sky est encore en grand chantier, un mois après le début de la saison régulière. Une sorte de formation en accéléré pour les Rookies de l’équipe, à qui on demande davantage en terme de production et de contribution.

Diamond DeShields a rapidement démontrée de belles qualités offensives, entre son 1er pas rapide, sa bonne conduite de balle et sa vision du jeu. De son côté, Gabby Williams a mis plus de temps à trouver ses marques et forcer un peu sa nature, comme elle l’expliquait récemment : « Courtney Vandersloot et Jamierra Faulkner me disent tout le temps de foncer, de prendre les espaces et cutter car elles adorent ça. Je pense aussi que c’est mental. Parfois je refuse des 3pts ouverts et mes coéquipières me disent : ‘Mais qu’est ce que tu fais ? Prend ce shoot.’ Il m’arrive aussi de me dire ‘Quelqu’un d’autre va prendre ce rebond’ ou ‘Pas besoin de courir me replacer en défense’ et Coach Amber Stocks est constamment derrière moi pour me garder concentrée, elle me dit d’utiliser ma vitesse et batailler aux rebonds. »

Lors du match face à Las Vegas le dimanche 3 juin, Gabby a signé un incroyable loupé sur un lay-up toute seule sous le cercle. Une action qui, paradoxalement, a fait office de déclic : « Un assistant coach m’a demandé ce que disait Auriemma (Coach de Gabby à l’Université de Connecticut) quand je loupais ce genre de panier. J’ai répondu que je ne savais pas car ça ne m’était jamais arrivé. » Quelques minutes plus tard, elle capte un bon rebond et part inscrire un lay-up, gagnant cette fois ci, au terme d’un Coast to Coast qui va aider le Sky dans sa remontée au score pour s’imposer face aux Aces. Elle terminera la rencontre avec un Career High de 10rbs, mais aussi 6pts et 2 contres.

Pour la 2ème fois consécutive, le Sky a du attendre vendredi pour disputer son 1er match de la semaine. Sur le parquet de Phoenix pour y débuter un West Road Trip pour le moins coriace (Phoenix, Los Angeles, Seattle), Chicago récupère Allie Quigley mais doit trouver le moyen d’impliquer tout le monde. Gabby Williams débute assez timidement, souvent bien bougée en défense par DeWanna Bonner. « En défense c’est à moi d’initier le contact et faire en sorte que mon adversaire parte dans la direction que je veux lui faire prendre. Ce n’est pas facile avec mon manque de taille pour défendre au poste, les autres équipes le savent et vont exploiter cette faille donc je dois m’adapter. » Ce que les équipes adverses savent moins, c’est que si Gabby était déjà une référence en défense au niveau Universitaire (Defensive Player otf the Year élue par les coachs NCAA en 2017), son jeu offensif avait de quoi surprendre !

Malgré la menace constante représentée par Griner, Williams n’a pas hésité à se rendre Inside et provoquer. 2 And Ones sur des jumpers mi distance et des fautes de Griner l’ont mise en confiance. Ensuite ce fût la déferlante : pénétrations en force pour conclure avec des lay-ups main droite comme main gauche, des mouvements incessants et de l’adresse mi distance, Gabby a rayonnée et affichée une confiance qu’on ne lui connaissait pas. Elle finira le match avec un Career High retentissant de 26pts à 10/13 aux tirs, 5/7 aux lancers francs et 3 interceptions. Hélas Chicago n’aura pas eu beaucoup d’autres raisons de sourire dans ce match.

Entre la domination de Griner Inside (24pts à 9/13, 8rbs, 2blks), la fougue de Taurasi (18pts avec 4/8 à 3pts plus 7 asts) et un collectif largement plus en place, ou tout le monde connait son rôle et ou la balle circule parfaitement, Chicago n’a pas vraiment eu sa chance dans ce match. Constamment menées d’une quinzaine de points, les filles d’Amber Stocks ont pourtant signée un bon run entre la fin du 3ème quart-temps et le début du 4ème, revenant même à 7pts (72-65), mais le Mercury a remis un coup d’accélérateur pour placer un 24-14 fatal et infliger au Sky une lourde défaite (96-79).

2 jours plus tard à Los Angeles, c’est par le biais du Starting 5 que les ajustements continuent : Amber Stocks décide d’y changer Diamond DeShields au profit de Cheyenne Parker, autant pour la récompenser de son excellent début de saison que pour avoir plus de taille et de puissance dans la raquette. Une décision qui décale Gabby Williams au poste 3 et lui évite un match-up face à Candace Parker. Mais cette dernière se moque bien de qui défend (ou tente de défendre) sur elle, claquant 10pts et ses 2 premiers contres de la saison dans le 1er quart pour lancer les siennes sur les bons rails (26-16 après 10mins).

Une fois de plus Chicago connait toutes les peines du monde à développer un jeu offensif fluide et clair. A part quelques pick’n’rolls basiques, les systèmes sont très pauvres et/ou pas bien exécutés. Chicago loupe une montagne de tir, aucun d’entre eux n’étant le fruit d’une belle exécution offensive et ne survit que par les rebonds offensifs incessants de Cheyenne Parker, qui fait un véritable ménage Inside pour offrir des secondes voir troisièmes chances à ses partenaires. Le Sky reviendra à 3pts peu avant la pause mais c’est la dernière fois qu’elle seront aussi proche des Sparks au score.

Comme face à Phoenix 2 jours plus tôt, Chicago se fait distancer par son manque de communication et d’aide en défense, en plus d’une attaque ou rien ne rentre (un catastrophique 28.4% aux tirs sur le match, dont un effroyable 3/23 à 3pts), car rien n’est construit. Seuls Cheynne Parker (17pts à 6/10, 12rbs dont 4 offensifs et 2blks) et Astou Ndour (7pts à 3/6, 5rbs) peuvent sortir la tête haute. Le reste a arrosé copieusement (Quigley 3/16 dont 0/5 à 3pts, Faulkner 2/10, DeShields 1/9 dont 0/4 à 3pts, Copper 2/7 ont 0/5 à 3pts) … Malgré 15 tirs de plus que Los Angeles (grâce aux 14 rebonds offensifs), Chicago a inscrit 7 paniers de moins ! Laissant le Sparks s’imposer tranquillement 77-59.

2 défaites de 17 et 18pts donc, un élément auquel Williams (2pts à 1/11 face à LA), a du mal à s’habituer. « C’est notre 5ème revers cette saison, c’est plus que pendant mes 4 ans à Connecticut et je ne veux pas en faire une habitude. » Oui, l’apprentissage va être long …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *