BullsFr

High in the Sky (S2, Ep5)

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 5 : Déjà vu

« Je pense qu’on a appris ce qu’il ne fallait pas faire. Les erreurs qu’on ne peut pas se permettre de reproduire si on veut remporter des matchs dans cette ligue. On a analysé les choses qu’on fait bien et qu’on doit continuer de faire, et ce fût le cas ce soir, mais ce n’était pas suffisant pour empêcher leur retour dans le 4ème quart. » Les mots d’Allie Quigley à l’issue de l’invraisemblable défaite sur le parquet de Seattle mardi dernier sonnent justes. Pour la 2ème fois de la saison, Chicago a réussi à se construire une avance de 14pts au 4ème quart-temps sur le parquet du Storm, pour la seconde fois ça n’a pas suffit. Défaites en prolongation lors de la 1ère opposition, le 25 mai dernier, les filles d’Amber Stocks ont cette fois mordues la poussière dans un dernier quart à sens unique : 31-12 en faveur des locales, avec une Brianna Stewart tout simplement intenable avec 11 de ses 30pts dans cette ultime période, dont 7 lors d’un 12-0 qui aura définitivement mis les siennes en tête.

Avec en plus 2 lourdes défaites de 17 et 18pts à Phoenix et LA juste avant, le bilan de ce West Road Trip n’est pas des plus radieux, même si Amber Stocks, qui n’a pas daignée prendre un temps mort quand Seattle signait ce fameux 12-0 run, on y reviendra plus tard, tente d’y trouver du positif : « Ce groupe n’est pas juste une somme d’individualités, c’est une vraie équipe de Basket. Une équipe soudée, unie, avec une forte passion pour le Basket et une forte passion les unes envers les autres. On doit continuer à jouer sur nos forces. Nous sommes l’une des meilleures équipe de la ligue en terme de circulation de balle et de mouvement, on doit continuer à développer ce jeu sans ballon, bouger, cutter au cercle. Courtney Vandersloot et Jamierra Faulkner sont excellentes pour lire les défenses et scorer donc nous devons continuer de leur donner des opportunités de briller dans ces 2 situations : passer et scorer. »

Il est vrai que la circulation de balle, le mouvement et la capacité du Sky à se créer des tirs ouverts sur ce match à Seattle, ou du moins sur les 3 premiers quarts, a été clairement leur meilleure prestation de la saison dans ce domaine. Il faut bien ça pour prendre 14 longueurs d’avance à la Key Arena ! C’est dans ses situations là que Quigley et DeShields ont le plus d’opportunité de briller et ce n’est pas un hasard si ce sont les 2 meilleures au scoring pour Chicago sur ce match, avec 42pts à 9/17 à 3pts cumulé ! Mais comme un symbole elles ont totalement disparues dans ce fameux dernier quart, comme l’ensemble de l’équipe, gâchant ainsi ces bons efforts offensifs, avec même un nombre de perte de balle limité (seulement 9).

Du coup la déception n’en est que plus grande, car créer la surprise à Seattle aurait donner un peu de couleurs à ce West Road Trip au final bien fade (0-3 donc), en plus de booster l’équipe au moment d’aborder une partie un peu plus chargée du calendrier. Si jusqu’ici Chicago ne jouait que 2 fois par semaine, la réception de Los Angeles ce dimanche marquait le début d’une série de 4 matchs en 8 jours, avec une double confrontation contre le Washington d’Elena Delle Donne mardi et vendredi en plus de recevoir Phoenix dimanche. Un programme qui fait honnêtement un peu flipper …

Pourtant l’entame de match face aux Sparks est plutôt plaisant, avec cette circulation de balle et des tirs ouverts dont parlait Amber Stocks. Quigley rentre un lay-up sur un bon cut, Ndour rentre même un 3pts que Candace Parker n’a pas tentée de défendre et le duo Vandersloot/DeShields se montre actif pour attaquer le cercle et rentrer quelques lay-ups qui permettent de prendre les devants face à une équipe de Los Angeles ou seuls Ogwumike et Parker (12 des 14 premiers pts de l’équipe) semblent réveillées. Mais ce début de rencontre intéressant ne sera pas reconduit … Entre la défense active d’Alana Beard qui éteint totalement Quigley en l’empêchant de bouger et de se déplacer à sa guise, puis le manque d’option sur le banc du Sky en l’absence de Copper malade, Chicago va sombrer petit à petit …

Avec encore une belle entrée de Cheyenne Parker pour scorer près du cercle et prendre des rebonds, le Sky mène 27-18 avant de subir un invraisemblable 21-0 run pour passer de +9 à -12 (39-27) ! Un run cataclysmique pendant lequel Chicago ne trouve pas le moindre bon tir, entre passes en tribunes, fautes offensives et tir forcés en fin d’horloge. Mais le plus dingue reste qu’Amber Stocks est restée totalement passive, ne prenant pas le moindre temps mort pendant cette descente aux enfers ! Déjà à Seattle, lors du dernier quart ou le Storm a renversé la rencontre, elle est restée stoïque et sans réaction sur son banc, laissant ses joueuses se prendre un 12-0 décisif. Un gestion des événements (ou un manque de gestion, c’est selon) qui laisse perplexe et dont le résultat ne laisse aucun doute. Los Angeles passe devant pour ne plus jamais regarder dans le rétroviseur, prenant 20pts d’avance au milieu du 3ème quart (55-35) et ne concédant que 24pts sur les quart-temps 2 et 3 après avoir laissé Chicago inscrire 21pts dans le 1er acte !

Dés lors Los Angeles n’a plus qu’à géré et malgré quelques fulgurances de Jamierra Faulkner, qui inscrit 13 de ses 19pts dans le dernier quart tandis que Quigley soigne ses stats devant une défense plus permissive (7 de ses 11pts dans cet ultime quart également), il n’y aura pas eu le moindre suspense. Chelsea Gray et les autres rentrent les paniers qu’il faut pour couper toute mini tentative de come back et s’assurer un 8ème succès en 10 rencontres cette saison, pendant que le Sky perd son 9ème match sur les 10 dernières parties.

Une nouvelle semaine sans victoire donc, avec toujours ce sentiment que l’équipe ne progresse pas vraiment. Toujours les mêmes problèmes défensifs avec une raquette laissée à l’abandon et une attaque parfois brillante mais plus souvent brouillonne et sans véritable système bien établi. Niveau bilan, Chicago est là ou il était annoncé en début de saison, niveau jeu ça reste très laborieux et avec déjà un tiers de la saison de passé, l’optimisme n’est pas de mise …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *