BullsFr

High in the Sky (S2, Ep9)

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 9 : Hometown

Quand on est sportif professionnel, avoir l’opportunité d’évoluer dans sa ville natale est un privilège et un avantage. Allie Quigley ne le sait que trop bien, elle qui a éclatée sur le tard, passant de club en club avant de trouver la stabilité nécessaire au moment ou elle a signée chez le Sky. Avec seulement 12 équipes WNBA, les joueuses qui ont cette chance de rester « à la maison » sont rares, alors 2 dans la même équipe ? Non draftée en avril dernier à sa sortie d’Ohio State, la meneuse Linnae Harper est consciente de l’opportunité dont elle bénéficie et joue sa chance à fond.

Invitée à participer au Training Camp du Sky, elle s’y est faite sa place malgré pas mal de concurrence à ce poste et faisait partie de l’effectif qui a débutée la saison, notamment en l’absence de Vandersloot qui était encore en Turquie. Au retour de Vandersloot, elle a néanmoins été coupée par le Sky pour faire de la place … avant que la grosse blessure de Jamierra Faulkner n’oblige Chicago à trouver une remplaçante et rappeler Harper en lui faisant signer un 7 Day Contract.

Depuis ce retour inattendu, Linnae est bien décidée à montrer qu’elle a le niveau pour rester plus longtemps dans l’effectif ! Lors de l’excellente victoire face à Minnesota la semaine dernière, son pressing défensif au 3ème quart fait partie des détails qui ont fait pencher le match du côté du Sky. Une énergie débordante et un culot offensif qui ont également été saluée par le reste de l’équipe dans le vestiaire, ou tout le monde l’a applaudie en récompense de ses efforts (7pts, 2rbs, 1ast, 1stl en 10mins).


Linnae Harper saisie sa chance

Mais la chose la plus difficile à réaliser en sport, c’est la continuité. Enchaîner les efforts n’a pas toujours été la qualité première de ce groupe et la réception de Las Vegas mardi l’a prouvé une fois de plus. Il était impératif de l’emporter pour 1) bonifier la victoire face à Minnesota, 2) relancer la course aux PO en battant un concurrent direct et 3) prendre une revanche sur la défaite de la semaine précédente face à cette même équipe.

Mais malgré un début de rencontre rythmé ou ce sont les autres Rookies de l’effectif, Gabby Williams et Diamond DeShields, qui s’illustrent (11pts au 1er quart pour DeShields), Chicago va rapidement lâcher prise dans ce match, encore et toujours à cause de pertes de balles en pagaille et d’une défense bien trop poreuse, qui laisse l’accès libre vers le cercle. Las Vegas claque un cinglant 69-29 sur les quarts-temps 2 et 3 pour s’offrir une large victoire qui va plomber le moral du Sky. Malgré 3 passes décisives en à peine 10 mins, Harper n’a pas pesée sur la rencontre, comme ses partenaires.

Autant la confiance était montée d’un cran après la victoire contre Minnesota, autant cette défaite a stoppé net tout élan et les joueuses ont ensuite semblé ailleurs. Finir la semaine par 2 déplacements s’annonçait compliqué à la base mais encore plus quand le momentum et l’énergie n’y sont pas. A Washington vendredi soir, Chicago débute une nouvelle fois la rencontre avec de bonnes intentions, une circulation de balle rapide et efficace pour trouver de nombreux tirs démarqués, notamment des 3pts sur les drives’n’kicks de Vandersloot qui ressort pour Quigley ou DeShields.


17pts pour Quigley à Washington, mais ça n’a pas suffit

Problème, Washington réplique sans difficulté longue distance avec Cloud, puis domine son sujet Inside avec une Elena Delle Donne indéfendable avec ses multiples feintes et son shoot soyeux. De plus, le 2ème quart-temps est encore une fois cauchemardesque pour le Sky, avec un total de 2pts inscrits en 6:30 et 8 au total sur la période, ce qui permet aux Mystics de faire l’écart (45-33 à la pause). L’écart va même grimper à 22pts (60-38) avant un gros sursaut du Sky, qui va placer un 16-2 rempli de pick’n’rolls bien exécutés, des hustles plays et des lay-ups en contre attaque !

De quoi se mettre à espérer un succès sortie de nulle part ? Non. Toliver claque un THREE 2 bons mètres derrière la ligne au buzzer du 3ème quart, puis un autre sur la première possession du 4ème, pour redonner de l’air à tout le monde et couper l’élan de Chicago, qui ne reviendra plus, probablement épuisé par le manque de rotation hallucinant d’Amber Stocks, qui aura principalement utilisée 6 joueuses, Gabby Williams étant la seule joueuse du banc à dépasser 6 minutes de temps de jeu … Au final ça donne une énième lourde défaite (-16, 88-72) et un gros sentiment de gâchis.

Dimanche après midi à New York, le Sky n’a tout simplement pas existé et a livré sa pire prestation de la saison, entre mésententes en attaques et absence de communication en défense ou les joueuses se rentrent dedans sur les switchs ou s’écartent du cercle pour laisser la joueuse adverse y aller sans soucis, ce fût une catastrophique de la première à la dernière minute. Le Liberty n’en demandait pas tant et sera même sans pitié, pulvérisant le Sky en lui infligeant une défaite aussi large que honteuse (107-84), le genre de score qu’on se prend quand les efforts ne sont pas au rendez vous ! La seule note positive, c’est la prestation de Linnae Harper, qui justifie son 2ème 7 day contract en établissant un Career High de 10pts (2/2 aux tirs, 6/10 aux lancers).

Déjà 15 défaites au compteur, 9 avec un écart supérieur à 15pts, 4 en encaissant 100pts, un bilan de 7-15 à 5 victoires des derniers spots de Play-Offs (12-10 pour Connecticut et Minnesota) et 12 matchs à jouer : croire à une qualification en Play-Off relève de l’hérésie, même si on affronte encore 2 fois Connecticut et Minnesota d’ici là fin et qu’on termine par 2 matchs contre Indiana, seule équipe pire que nous.

Les 3 matchs à domicile de cette semaine (Seattle mercredi, Dallas vendredi et Los Angeles dimanche) s’annoncent extrêmement compliqués à gérer … Au moins Linnae Harper aura l’occasion de montrer qu’elle a sa place !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *