BullsFr

High in the Sky (S2, Ep11)

Chaque lundi, « High in the Sky » sera une rubrique qui reviendra en détails sur les rencontres et faits marquants de la semaine précédente pour le Chicago Sky, avec aussi parfois un focus sur une joueuse précise afin de suivre régulièrement l’évolution de ce groupe et découvrir l’effectif ainsi que le staff.

Episode 11 : Persévérance

Phoenix, Indiana, San Antonio, Seattle … Entre 2008 et 2011, Allie Quigley a peinée à faire décoller sa carrière, passant de club en club sans parvenir à trouver ses marques. 4 équipes en 3 saisons, 34 bouts de matchs disputés au total, la native de Joliet, à environ 60 kilomètres au Sud Ouest de Chicago, commençait à douter de sa capacité à s’imposer en WNBA, un sentiment confirmé lorsque personne n’a fait appel à ses services pour la saison 2012 !

Sa carrière en Europe est à ce moment là bien plus aboutie, avec plusieurs saisons en Hongrie. Elle se dit alors que l’Europe semble être son seul moyen de jouer au Basket de manière professionnel et songe fortement à mettre ses rêves de WNBA de côté … Jusqu’à un coup de téléphone salvateur ! Au bout du fil, Pokey Chatman, la Coach/GM du Chicago Sky, souhaite lui proposer un contrat pour la saison 2013.

Allie ne pouvait pas rêver mieux, l’opportunité de jouer à la maison est trop belle pour passer à côté. « J’ai accepté l’offre uniquement parce que c’était Chicago » racontait Quigley récemment. « J’en avais marre de déménager tout le temps et ne pas trouver ma place. J’étais prête à faire une croix sur la WNBA sauf en cas d’appel de Chicago car je restais à la maison. Si j’avais été appelée par une autre équipe, que ce soit Los Angeles, New York ou autre, j’aurais probablement refusée. »

Mais Quigley, qui a fait sa fac à DePaul, qui joue actuellement dans la même salle que le Sky, est bel et bien à la maison et y prend rapidement ses marques. En sortie de banc (9.4 mins) elle dispute les 34 matchs de la saison régulière, soit autant que lors de ses précédentes saisons en WNBA. Ses stats ne sont pas flamboyantes (3.8pts, 31.6% aux tirs, 31.5% à 3pts, 0.7rb, 0.6ast) mais au moins elle joue régulièrement et a participé à la 1ère qualification en PO de l’histoire de la Franchise, obtenant par la même occasion la confiance de Coach Chatman, qui la fait revenir la saison suivante, lors de laquelle Allie va exploser !

Pendant 2 saisons consécutives, Allie Quigley va prendre la ligue d’assaut et pulvériser ses stats et records personnels ! 11.2pts à 44.4% (38.7% à 3pts) en 2014, 11.1pts à 43.1% (34.0% à 3pts) en 2015, 2 saisons couronnée par 2 trophées de Best 6th Women ainsi qu’un parcours jusqu’au WNBA Finals en 2014. En 2014, elle est élue joueuse de la semaine après 3 matchs consécutifs à 17pts minimum en sortie de banc et sera à 9 reprises la meilleure scoreuse de l’équipe, dont un match à 27pts à 12/22 à Atlanta.

En PO, elle garde le meilleur pour les finales de conférence face à son ancienne équipe d’Indiana : 14, 16 puis 24pts (à 7/9 dont 4/6 à 3pts) dans cette série au meilleur des 3 matchs ou Chicago s’impose à l’extérieur au Game 3 et se qualifie en finale. Hélas Phoenix infligera un sweep sévère au Sky, malgré 19pts au dernier match pour Allie. En 2015, malgré d’excellentes stats en PO (18.0pts à 59.0% en 27.0mins, 22pts à 9/15 au Game 1), elle ne peut éviter une élimination au 1er tour face à Indiana …

Sa saison 2016 sera relativement plus anonyme (9.5pts à 47.1%aux tirs et 36.6% à 3pts), mais la suivante la verra franchir un nouveau palier. Avec les départs successifs d’Epiphanny Prince, Sylvia Fowles, Coach Chatman puis Elena Delle Donne, Quigley devient la joueuse la plus expérimentée du club, avec Courtney Vandersloot, et accorde son leadership en fonction.

Désormais titulaire (après seuleent 8 matchs débutés dans le 5 jusqu’ici dans sa carrière), elle devient une option prioritaire en attaque sous le coaching d’Amber Stocks, qui prône un jeu rapide ou Allie peut mettre en avant sa qualité de shoot, que ce soit « off the dribble », « off screen » ou en catch’n’shoot. Sa vitesse d’exécution, son intelligence de jeu et son placement font qu’elle parvient souvent à se retrouver démarquée pour punir depuis ses spots favoris, d’autant qu’elle et Vandersloot se trouvent les yeux fermées, après aussi quelques saisons passées ensemble en Turquie. Quigley boost ses moyennes jusqu’à 16.4pts, avec une adresse fabuleuse (50.5% aux tirs, 43.0% à 3pts) pour un tel volume de tir (12.2 par match, dont 5.8 derrière l’arc). Elle signe également des Career Highs aux rebonds (3.3) et aux passes (3.6).

De quoi lui permettre de s’inviter au All Star Game pour la première fois de sa carrière, symbole de son changement de dimension dans l’échiquier de la grande ligue. Du banc, elle inscrit 14pts à 5/11 aux tirs dont 4/9 à 3pts puis remporte le 3pts Contest en inscrivant 27pts sur 34 possible face à Sugar Rodgers en finale !

Bis repetita cette saison ! Allie est de nouveau l’arme offensive numéro 1 d’une équipe du Sky qui peine à aligner les victoires, mais ses prestations individuelles ne souffrent d’aucune contestation. Après un match à 19pts mercredi lors d’une bonne victoire à Phoenix (7/16 dont 5/12 à 3pts), Quigley s’est pointée à Minnesota avec des moyennes de 16.0pts (18ème de la ligue au scoring), 47.0% aux tirs dont 43.5% à 3pts (4ème). Elle faisait dés lors figure de favorite pour conserver sa couronne lors du concours à 3pts. Ayant besoin de 20pts pour se qualifier pour la finale, Allie va en claquer 21, rentrant tout ses shots avec les ballons bonus pour dépasser Toliver et retrouver Kayla McBride en finale.

Une finale que débute Quigley … moins de 2mins après s’être qualifiée. Un manque de repos qui lui fait débuter sa série par un Air Ball avant de terminer sur un score de 18pts. McBride, qui a eu bien plus de temps pour souffler, égalera ce total en rentrant ses 2 derniers shots, pour forcer un round supplémentaire pour départager les 2 joueuses. Cette fois Allie ne laisse aucune place au suspense, réalisant un score tout simplement historique de 29pts sur 34 possible, rentrant une nouvelle fois tout les ballons bonus. McBride sait déjà que c’est perdu et malgré un beau score de 21, elle termine loin de Quigley et sa performance exceptionnelle, un record WNBA tout simplement. Même en NBA, personne n’a réussi 29pts sur 34, le record appartenant à Devin Booker qui a fait 28pts lors du concours en février dernier.

La WNBA verse chaque année la somme de 10.000 Dollars à l’oeuvre de charité choisie par la vainqueur du concours, et Quigley a naturellement choisie la Patrick Quigley Foundation. « C’est une fondation qui porte le nom de mon père, qui est décédé lorsque j’étais très jeune. Cet argent permet de payer la scolarité de ceux qui n’ont pas les moyens de le faire et ça signifie beaucoup pour moi et ma famille. Je pense toujours à lui juste avant de shooter et c’est probablement pour ça que j’ai gagné ces 2 dernières années. »

Double Best 6th Women, double All Star (ou elle a inscrit 18pts samedi soir, soit autant que la MVP Maya Moore qui lui a rendue hommage lors de son speech d’après match) et double tenante du titre au concours à 3pts, il est peut dire que Quigley a bien fait de répondre positivement à l’appel de Pokey Chatman en 2013 pour jouer pour sa ville natale ! « Cette période est derrière moi désormais, mais il est vrai que c’est assez étrange de se demander ce que j’aurais fait si Pokey et le Sky ne m’avait pas contacté en 2013. Mais au final j’avais juste besoin d’une opportunité et mon travail acharné a fait le reste. »

La persévérance paye toujours !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *