BullsFr

Kirk Hinrich

NBA: Chicago Bulls at Atlanta Hawks

Kirk Hinrich
Né le : 2 janvier 1981
Taille / Poids : 1m93, 86kg

Il n’a jamais été All Star, n’a jamais trusté les Top 10 et les Highlights en claquant des Tomars énormes ou des posters violents ou scoré 50 pts, mais il est un joueur d’exception. Ce joueur, c’est Kirk Hinrich. Un mec au physique presque banal qui aura réussi une carrière en tout point remarquable avec des qualités autres que physique : des qualités de coeur !! Hinrich a toujours été un hargneux prêt à tout pour défendre son bifteck. A l’heure ou il a accepté, pour la 2ème fois, de toucher moins en salaire pour rester « à la maison », retour sur une légende des Chicago Bulls, une vraie de vraie.

Né le 2 janvier 1981 à Sioux City dans l’état de l’Iowa, Kirk Hinrich vient au monde le jour même ou son père, Jim, remporte sa toute première victoire en tant qu’entraîneur des Wolverines de West High School. Jim raconte que même avant que Kirk ne sache marcher, il l’asseyait à ses côtés lorsqu’il regardait un match de basket à la télévision, avant de lui donner un petit ballon de basket qu’il tentait d’envoyer dans un petit panier placé au milieu du salon lors des coupures publicitaires !! Lorsqu’il fût un peu plus âgé, ses parents lui donnèrent la consigne suivante : s’il cassait un objet, l’entraînement était terminé. De quoi motiver Hinrich à faire attention à ce qui l’entoure. Il bénéficie également des conseils de sa mère, Nancy, qui ne loupe pas la moindre occasion de lui faire remarquer qu’il ne fait pas le bon geste, qu’il n’est pas bien placé, qu’il ne tient pas bien son ballon etc …

Alors qu’il n’a que 7 ans, son père demande au coach Ray Nacke (qui fût le coach de Jim Hinrich lorsque celui ci jouait au Basket au Lycée), s’il peut inclure Kirk dans son équipe de U9. Hésitant au début, Ray accepte finalement et n’aura pas à le regretter, tant Hinrich, bien plus jeune que tout ses coéquipiers et adversaires, domine régulièrement et devient rapidement l’un des meilleurs joueurs de l’équipe. Malgré un intérêt pour le Foot US ou il joue Quarterback et le Baseball ou il joue Pitcher, le jeune Kirk donne sa préférence au Basket grâce à son idole Gary Payton, dont il admire l’abnégation défensive et le plaisir qu’il prenait à éteindre son adversaire direct. C’est le genre de joueur que Kirk voulait devenir !!

A son arrivée au Lycée de West High, il intègre tout naturellement l’équipe de basket, qui se trouve être entrainée par … son père. Lors de ses années collège, Kirk servait de « Ball Boy » à l’équipe, assistait et participait même des fois aux speech d’avant match de son père et défiait même les joueurs au H-O-R-S-E !! Pendant ces 4 ans de Lycée, l’équipe affiche un bilan de 82 victoires pour 9 défaites, lutte chaque saison pour le titre de l’État, qu’elle remporte finalement lors de l’année Senior de Kirk, auteur de 25 pts lors du match décisif. C’est également le premier titre pour son père. A sa sortie de West High, Kirk est le meilleur marqueur, passeur et intercepteur de l’histoire de son lycée et partage avec Nick Collison le titre de Co-Mr Basketball de l’état d’Iowa. Les 2 vont vite se retrouver puisqu’il rejoindront la même fac : Kansas !!

Roy Williams, le coach de Kansas, fait d’abord débuter Hinrich sur le banc, mais au fur et à mesure que la saison avance, il finit par le titulariser au poste de meneur. Lors des 13 derniers matches de la saison, Kirk tourne à plus de 40% à 3pts et implique tout ses partenaires, au point de finir la saison avec 123 passes décisives, soit le 4ème plus gros total pour un Freshman de Kansas. L’équipe remporte la Big 12 pour la 3ème année de suite. Pour sa seconde saison, avec Nick Collison et Drew Gooden parmi ses partenaires, Kirk et les JayHawks de Kansas réalisent une grande saison mais sont rapidement éliminé par Illinois en 1/2 finale régionale. Une défaite que Kirk prend pour lui, estimant s’être trop fait bousculé par les arrières adverses, il passe son été en salle de muscu et attaque sa 3ème année avec 7 kgs de muscles supplémentaires !!

kirkhinrich2

Lors de cette 3ème année, Kirk reçoit de plus en plus de considération de la part des Scouts NBA. Hinrich tourne à 47.8% à 3pts et amène les JayHawks jusqu’au Final Four NCAA, une première pour la fac depuis 1993, mais ils sont éliminés par Maryland, qui remportera le titre quelques jours plus tard. La plupart des spécialistes voient alors Collison et Hinrich filer en NBA mais les 2 joueurs décident de rester une dernière année à Kansas pour tenter de décrocher le prestigieux titre NCAA.

Hinrich est décalé au poste d’arrière pour cette dernière année universitaire et termine 2ème scoreur de l’équipe avec 17.3pts. Les JayHawks retournent au Final Four et atteignent même la fameuse finale en explosant Marquette 94-61 et affrontent le Syracuse de Carmelo Anthony en finale. Cette fois le titre est pour eux … mais Hinrich passe au travers de son match, manque de nombreux tirs mais son équipe est encore dans la course grâce à un retour au score inespéré dans les dernière minutes. 81-78 pour Syracuse à quelques secondes de la fin, ballon pour Kansas, Kirk Hinrich tente le 3pts qui enverrait les 2 équipes en prolongation … mais le ballon tourne autour du cercle et ressort !! Les JayHawks échouent en finale et Kirk éclate en sanglot dans le vestiaire …

Hinrich se présente à la Draft NBA 2003 et la plupart des spécialistes lui prédisent au mieux une place dans la 2ème moitié du premier tour, mais un coup du sort va changer la donne. 1 semaine avant la Draft, le jeune meneur de jeu des Chicago Bulls, Jay Williams est victime d’un terrible accident de moto et voit sa carrière mise entre parenthèses. Disposant du 7ème choix et ayant besoin d’un meneur, Chicago choisit donc Kirk Hinrich. Les Bulls sont une équipe jeune et très irrégulière, à l’image de Tyson Chandler et Eddy Curry, les 2 intérieurs sur lesquelles sont fondés les espoirs du club de remonter la pente après des années difficiles. Encadré par Jalen Rose et Scottie Pippen, le jeune Kirk connait des débuts difficiles. Il manque les 5 premiers matches à cause d’un virus et fait ses débuts contre Philadelphie pour une copie de 5 pts à 1/10 aux tirs, 6 passes et une sortie pour 6 fautes. Il signe 7 pts et 9 balles perdus le lendemain face aux Hornets. L’apprentissage est compliqué et Kirk, qui souffre aussi de l’éloignement de ses proches comme ce fût le cas à l’Université, commence à douter.

5.-Kirk-Hinrich-Jordan-Years1

Il faudra le départ du coach Bill Cartwright et surtout l’arrivée de Scott Skiles pour relancer le Rookie. Meneur de jeu dans le même style qu’Hinrich lorsqu’il jouait, Scott Skiles prend Hinrich sous son aile et en fait l’un des leaders de l’équipe, ce qui n’est pas du gout de tous.« Certains gars de l’équipe lui ont mené la vie dure. Ils l’ont bousculé, mis à l’épreuve mais Kirk n’a pas bronché et en redemandait même. » témoigne un membre de l’équipe de l’époque. Mais Hinrich est un dur au mal et retrouve la confiance pour s’imposer de plus en plus. Il signe son 1er double double contre Orlando le 16 décembre avec 21pts à 7/11 et 5/8 à 3pts plus 10 passes. Il signera 14 doubles doubles lors de cette saison, numéro 1 parmi les Rookies dans ce domaine. Il claquera même un triple double (11pts, 12 rbs, 10 asts) contre Golden State le 28 février. Il termine la saison en boulet de canon et si les Bulls ne décollent pas (23-59), ils savent désormais qu’ils ont trouvé un meneur de haut niveau pour diriger le jeu. Hinrich boucle la saison avec des moyennes en 76 matches de 12.0pts, 38.6% aux tirs, 39% à 3pts, 6.8 passes et même 35.3 minutes, le plus gros temps de jeu de l’équipe !! Il est élu dans la All Rookie First Team et les fans des Bulls font de lui leur joueur de l’année, notamment grâce à ses 144 paniers à 3 pts, le record de la franchise pour un Rookie. Hinrich est aussi un formidable défenseur et tente de traîner l’équipe dans son sillage.

En 2004/2005, les Bulls draftent Luol Deng, Ben Gordon, Chris Duhon et signent l’Argentin Andres Nocioni. Adepte d’une défense de fer, Scott Skiles, qui a nommé Kirk capitaine bien qu’il ne soit qu’en 2ème année, fait de sa jeune troupe une bande de louveteaux affamés qui ne lâchent jamais rien, se jettent sur tout les ballons, laissent leurs tripes sur le parquet. Malgré un faux départ (0-9), ils terminent la saison à 47-35 et sont récompensés par une qualification en Play-Off, la première depuis 1998. Hélas, ils tombent dès le 1er tour contre les Washington Wizards en 6 matches alors qu’ils avaient gagné les 2 premiers matches. Kirk Hinrich joue 77 matches, en tant qu’arrière la plupart du temps, pour des moyennes de 15.8 pts et 6.5 passes. Des stats qui explosent en PO avec 21.2 pts à 45% aux tirs dont un splendide 51.5% à 3pts plus 5.8 passes. Lors du Game 2, remporté par Chicago, Hinrich signe 34 pts à 12/15 aux tirs, 5/5 à 3pts !! Après une si belle saison, Hinrich et les Bulls commencent à refaire parler d’eux et les attentes placés dans cette équipe sont très élevés.

La saison suivante voit les Bulls continuer sur leur lancée. Leur bilan est moins bon (41-41) mais les Bulls retrouvent les Play-Off pour la seconde année consécutive. Ils y affrontent Miami et malgré une résistance acharnée, ils tombent en 6 matches contre les futurs champions NBA. Sur ces Play-Offs, Hinrich est impressionnant de maitrise (20.5 pts, 7.7 passes) mais s’en veut de son trop grand nombre de balles perdues (24, soit 4 par matches en moyenne). En saison régulière, Captain Kirk tourne à 15.9 pts à 41.8% et 37% « from downtown » et 6.3 passes.

Pendant l’été, il participe aux Championnats du Monde avec les États-Unis en compagnie de LeBron James, Dwyane Wade, Carmelo Anthony … Frustré de l’élimination en 1/2 finale contre la Grèce, il garde tout de même de bons souvenirs de cette période pendant laquelle il a beaucoup progressé aux contact de ses All Stars de coéquipiers.

hinrich

A Chicago, l’arrivée de Ben Wallace fait grand bruit et les Bulls jouissent de beaucoup de crédits dans la ligue pour aller embêter le Miami Heat. D’ailleurs, avec 26 pts à 10/18, Kirk contribue à la large victoire des Bulls sur le parquet de Miami en ouverture de la saison, 108-66. Les Bulls signent leur meilleur bilan depuis l’ère Jordan (49-33) et retrouvent Miami au 1er tour des Play-Off. A la surprise générale, les Bulls sweepent le Heat (4-0) et remportent leur première série de PO depuis 1998. Peut être trop galvanisés par cet exploit, ils tombent en 6 matches face aux Detroit Pistons au tour suivant, malgré 4 doubles doubles d’Hinrich sur les 4 derniers matches. De belles stats en saison (16.3pts, son record, à 44.8% aux tirs et 41.5% à 3pts puis 6.3 passes), un peu moins en Play-Off (12.1 pts à 37.6% et 30.2% à 3 pts et 7.5 passes) mais Hinrich termine dans la All NBA 2nd Defensive Team.

Lors de la saison 2007/2008, Chicago va sombrer à l’image de son meneur. Le début de saison est compliqué, Scott Skiles est viré le 24 décembre, Ben Wallace déçoit énormément, le Rookie Joakim Noah peine à trouver ses marques et part plus souvent au clash avec Ben Wallace qu’à la bataille au rebond … Les Bulls chutent et terminent avec le bilan inverse de la saison précédente (33-49). Hinrich, gêné par des blessures aux côtes et à la cheville, est moins constant et peine quelque peu à assumer son nouveau contrat de 47 millions sur 5 ans signé à l’été 2007. Malgré un second triple double en carrière (15 pts, 12 rbs, 14 passes contre les Knicks) et son record offensif (38 pts à 14/21 et 4/5 à 3pts contre Indiana), il tourne à 11.5 pts et 6.0 passes. Les Bulls doivent tout reconstruire avec Vinny Del Negro, leur nouveau coach et obtiennent de l’aide avec le choix numéro 1 de la Draft, un autre meneur : Derrick Rose !!

Devenu un remplaçant de luxe, Hinrich sert de mentor au jeune Derrick Rose, à qui on confie les clés de la franchise. Hélas, Hinrich se blesse le 7 novembre contre Phoenix. Le meneur des Bulls souffre d’une déchirure d’un ligament dans le pouce droit. Il subit une opération qui est censé l’éloigner des parquets pendant plus de 3 mois. Mais Hinrich, on l’a dit, est un dur au mal, un guerrier, et le 12 janvier, à peine 2 mois après son opération, il retrouve la compétition face à Portland. Toujours capitaine exemplaire, il contribue à la bonne fin de saison des Bulls, qui retrouvent les Play-Offs. Auteur de 9.9pts à 43.7% aux tirs, 40.8% à 3 pts, Captain Kirk participe à l’extraordinaire série de Play-Off face à Boston, durant laquelle les Bulls passent tout proche d’éliminer le champion sortant, tombant au bout de 7 matches avec 7 prolongations !! Il signe 12.6pts à 46.8 aux tirs et 43.3% derrière l’arc.

Derrick-Rose-Kirk-hinrich

La saison suivante, Hinrich est mis en concurrence sur le poste 2 avec John Salmons, éblouissant lors de la série contre Boston. Salmons est le titulaire en début de saison mais son inconstance et les résultats en dent de scie finiront par lasser Vinny Del Negro. Ce dernier décide, après une terrible défaite contre Sacramento au United Center (+35 pour les Bulls dans le 3ème quart temps et défaite de 3 pts à l’arrivée), de remettre Kirk dans le 5 majeur. Hinrich apporte son leadership et les Bulls se reprennent pour finir la saison en trombe et obtenir une qualification en Play-Off lors de la dernière journée. Face à Cleveland en Play-Off, les Bulls sombrent 4-1, étant trop courts face à un LeBron James monstrueux. La seule victoire de Chicago dans cette série est aussi le meilleur match d’Hinrich (27pts, 9/12 aux tirs, 4/4 à 3pts), pas vraiment un hasard.

Lors de l’été 2010, Chicago vise de nombreux Free Agents tels que LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh et se sépare de Kirk Hinrich afin de faire des économies. Il est tradé le soir de la Draft à Washington, en compagnie du choix de Draft des Bulls, qui deviendra Kevin Seraphin, en échange d’une trade exception et du cash. Dans la capitale des USA, Captain Kirk est chargé, après D.Rose, du développement d’un autre meneur qui débute à peine en NBA et sur qui de nombreux espoirs sont fondés : John Wall. Titulaire en début de saison, il va perdre ses minutes au fil de la saison (35.4 mins en novembre, 31.9 en décembre, 23.0 en janvier !!) malgré de bonnes stats (11.1pts, 4.4asts, 1.2stls). Au final il va être échangé en février et prend la direction d’Atlanta. Chez les Hawks, Kirk retrouve un poste de titulaire et aide l’équipe à finir à la 5ème place et aborder les PO avec de l’ambition. L’équipe de Georgie élimine Orlando malgré l’avantage du terrain de l’équipe de Floride (4-2). Lors du G6, Hinrich se blesse à l’aine et manque la suite des Play-Offs et donc la série qui oppose les Hawks … aux Chicago Bulls !! Il assiste du banc à l’élimination des siens (4-2) malgré une victoire surprise au United Center au G1.

Cette blessure à l’aine est le début d’une série de pépin physique pour Hinrich, qui a 30 ans devient un peu « Injury Prone ». Durant l’été 2011, il se fait d’ailleurs opérer de l’épaule gauche et manquera les 18 premiers matchs de la saison 2011/12. A son retour, il a du mal à retrouver ses sensations et son shoot est clairement dérégler à cause de cette épaule. Il passe un peu au travers et connaîtra d’autres blessures importantes (coude, cheville) tout au long de l’année. Au final il ne joue que 48 rencontres et signes des stats assez pauvres (6.6pts à 41.4%, 2.8asts). En PO Atlanta a l’avantage du terrain mais se fait sortir 4-2 par les Boston Celtics.

Kirk+Hinrich+Derrick+Rose+Atlanta+Hawks+v+Cw_A9f_TjSul

Free Agent lors de l’été 2012, Hinrich reçoit un coup de téléphone qui va lui faire plaisir : Au bout du fil, les Bulls lui disent qu’ils aimeraient le voir revenir et lui offre un poste de titulaire, après la terrible blessure au genou de Derrick Rose en PO contre Philadelphie. Kirk n’hésite pas longtemps et retourne à Chicago, qui est ravi de l’accueillir de nouveau, notamment Noah et Rose, qui connaissent parfaitement les qualités de Leadership et de guerrier de Captain Kirk. Lui aussi est enchanté de retrouver la franchise de l’Illinois et signe pour 8 millions sur 2 ans, prenant moins d’argent que s’il avait signé ailleurs !! Un geste rare et fortement apprécié.

Malgré le forfait de Rose sur une période qu’on ne connait pas encore, Chicago a de l’ambition et un effectif fourni. Kirk Hinrich mène le jeu et retrouve petit à petit ses sensations malgré là encore quelques blessures à droite à gauche qui vont lui faire manquer 2, 3 matchs à chaque fois (poignet, coude, épaule, genou, cheville …), mais quand il est là et en forme, il montre qu’il en a encore sous le capot et sa défense sur les meneurs adverse est toujours aussi tenace. Il signe 7.7pts et 5.2asts en 29.4mins et 60 matchs et arrive en confiance en PO, face aux Brooklyn Nets. Opposé à Deron Williams, il lui oppose une défense farouche et acharnée … sur 4 matchs !! Car après un G4 absolument mémorable au United Center (142-134 Chicago en Triple OT), Kirk Hinrich, qui aura passé 60 minutes (!!) sur le parquet ce soir là, se blesse au mollet et déclare forfait pour la suite. Chicago perd les G5 et G6 avant de se qualifier in extremis, remportant le 1er G7 à l’extérieur de l’histoire du club à Brooklyn (99-93). Face à Miami au tour suivant et également privé de Luol Deng et Derrick Rose qui n’est toujours pas revenu, les Bulls ne parviendront pas à tenir le choc (1-4).

Néanmoins Captain Kirk a montré qu’il avait retrouvé un niveau plus que correct et reste un leader de vestiaire respecté de tous. Personne à Chicago ne conteste le leadership de ce vétéran chevronné. Il fait partie des cadres sur qui on compte pour la saison 13/14, avec Derrick Rose enfin de retour et des rêves de titres. Hélas, l’autre genou de Rose lâche après 10 matchs et les espoirs de titre avec. Captain Kirk retrouve la place de titulaire avec la signature de DJ Augustin en soutien. Chicago va connaître une année pénible avec aussi le départ de Luol Deng sans contrepartie. Avec un effectif limité, les Bulls arrivent en PO sur les rotules et se font massacrer physiquement par … les Washington Wizards, l’ex team de Kirk Hinrich. Si on sent bien que ses meilleurs années sont derrière lui, Kirk en a encore sous le capot et continue d’attirer le respect de tous, comme lorsque Noah le cite en 1er lors de son discours après avoir été élu Defensive Player of the Year.

De nouveau en fin de contrat en cet été 2014 et courtisé par les Charlotte Hornets, il ne mettra finalement pas longtemps à signer un nouveau contrat avec son club de (presque) toujours, les Chicago Bulls. « J’ai grandi en tant que Bull dans cette ligue. » déclarait il en avril dernier. « Je me considérerais toujours comme un Bull peu importe ce qui arrive. J’ai énormément d’amitié avec tout les gars dans cette équipe et cette organisation, il y a beaucoup de respect entre nous. » Hinrich, a signé pour 2 saisons supplémentaires, là encore pour moins que s’il avait signé ailleurs, et s’il évite les grosses blessures pendant ce laps de temps, seuls Michael Jordan et Scottie Pippen seront devant lui en nombre de matchs disputés, points, assists et interceptions dans l’histoire des Chicago Bulls. Lui qui détient depuis bien longtemps le record de 3pts rentré pour la Franchise avec 968 missiles longues distances qui ont trouvé la cible. Une légende, je vous dis !!

Stats en carrière (entre parenthèse, ses stats à Chicago et son classement dans la franchise) :

Matchs : 767 (647, 4ème)
Points : 9080 (8027, 9ème)
Rebonds : 2385 (2102)
Assists : 4024 (3604, 4ème)
Steals : 911 (798, 3ème)

Distinctions individuelles :
– Médaille de Bronze aux Championnats du Monde (2006)
– All Rookie 1st Team (2004)
– All Defensive 2nd Team (2007)

53583720

Galerie vidéo :

Highlights de sa saison Rookie :
https://www.youtube.com/watch?v=ooXrbfIJADw

Mix :
https://www.youtube.com/watch?v=HGI7OC9AqrY

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *