BullsFr

Steve Kerr

Steve-Kerr

Stephen Douglas Kerr
Né le : 27 septembre 1965
Taille / Poids : 1m91, 79kg

Pas bien grand, pas très rapide, sans grandes qualités athlétiques, Steve Kerr a surpris tout le monde, lui le premier, en réalisant une carrière NBA en tout point remarquable ou il aura remporté 5 titres NBA en 15 ans et réalisé le meilleure pourcentage à 3pts de l’histoire de la ligue !! Retour sur la carrière atypique d’un joueur qui aura du faire face à toute sorte d’adversité pour s’imposer.

C’est dans la capitale du Liban, à Beyrouth, que naît Stephen Kerr, car son père Malcolm y est alors professeur Universitaire spécialisé dans le monde Arabe et le Moyen-Orient. Kerr passera la majeure partie de son enfance la bas, puis ira faire une partie de sa scolarité au Caire, en Egypte, avant de rejoindre Los Angeles pour y intégrer la Palisades High School, suivant tout la famille après que Malcolm Kerr ne soit devenu professeur à UCLA. A sa sortie de High School, les Universités ne se bousculent pas pour recruter ce meneur jugé bien trop lent et dépourvu de qualités athlétiques, malgré déjà de grosses qualités de shooteurs. Il intégra finalement la Fac d’Arizona, après avoir été découvert par l’entraîneur Lute Olson, qui était venu observer un autre joueur lors d’un tournoi.

Lors de son année Rookie chez les Wildcats (1-17 l’année précédente), Kerr est réveillé à 4h du matin par Olson qui lui apprend le décès de son père, devenu entre temps Président de l’Université Américaine de Beyrouth, assassiné en plein jour à sa sortie des bureaux. Un crime revendiqué par le Jihad Islamiste et qui fera le tour des télévisions du monde entier. Olson dit à Kerr de prendre du temps loin de la Fac mais Kerr insiste pour jouer 2 jours plus tard face à Arizona State, le grand rival, précisant qu’en étant sur le terrain ça l’aide à penser à autre chose. Il inscrira 12pts dans une victoire probante des siens !! Lors de sa 2ème année Kerr passe titulaire et ses stats décollent un peu plus (10.0pts, 4.0asts) mais surtout une adresse de 56.8% aux tirs et 80.8% aux lancés. Des productions encore meilleures l’année suivante (14.4pts à 54%, 89.9% aux lancés, 4.2asts). Lors de l’été 86, il fait partie de l’équipe Américaine qui remporte la médaille d’Or aux championnats du monde en Espagne. C’est la dernière Team USA à obtenir l’Or avec une équipe composée uniquement de joueurs amateurs.

Hélas pour Kerr, il se blesse au genou droit durant le tournoi. Une rupture des ligaments croisés tellement violente que les médecins doutent même de sa capacité à rejouer au Basketball un jour mais Kerr ne veut rien entendre et bosse comme une forcené pour montrer qu’il est capable de revenir. Après une année totalement blanche, il revient pour la saison 87/88. En compagnie du futur NBAer Sean Elliott, il amène Arizona au 1er Final Four de son histoire, échouant contre le Oklahoma de Mookie Blaylock et Harvey Grant. Sur la saison Kerr affichera 12.6pts de moyenne à 55.9% dont un record NCAA de 57.3% à 3pts (114/199) !!

arizona-1985-steve-kerr-nike-airship

Néanmoins ça n’affole pas les équipes NBA le soir de la Draft 88. Et Kerr devra attendre jusqu’au tout dernier choix du second tour, le 50ème, pour être sélectionné par les Suns de Phoenix !! Kerr est déjà heureux d’être Drafter et en plus de rester dans l’Arizona mais avec un contrat non garanti, il se demande s’il va faire long feu en NBA. Il n’est pas le seul à en douter, même Lute Olson lui dit qu’il ne lui voit pas un avenir dans la grande ligue, à cause de mon manque de qualités athlétiques notamment. « Je lui demandais toujours si le shoot qu’il venait de prendre était un jump shoot ou s’il était resté au sol au moment du tir, parce que je ne faisais pas la différence » plaisantait-il avant la Draft.

Lors d’un match de pré-saison face aux Chicago Bulls, il est impressionné par les qualités physiques et athlétiques de ses adversaires, notamment un certain Michael Jordan. Alors qu’il est sur le banc, il voit Jordan près de lui, sur le parquet, face à Dan Majerle, l’autre Rookie des Suns. MJ se retourne vers Kerr et lui dit « Regarde ça » avant de démarrer ligne de fond et coller un énorme Dunk avec Majerle 2 bons mètres derrière lui !! En voyant ça, Kerr croise les doigts pour ne pas entrée en jeu « si je me fais humilier de la sorte, je peux oublier mon contrat non garanti » pense t’il. Il n’en sera rien et Kerr reste dans l’effectif, n’entrant en jeu que lors de blowouts pour se dégourdir les jambes. Une saison de 26 bouts de matchs pour 2.1pts et 0.9asts.

Rien d’impressionnant donc et les Suns décident de ne pas conserver leur meneur, qui est tradé à Cleveland contre un second tour de Draft. Kerr pense que ce n’est que le début d’une carrière de Journeyman qui va passer de club en club pendant des années, mais surprise, chez les Cavs, il fait partie intégrante de la rotation et devient le back-up de Mark Price. Avec son intelligence de jeu et ses qualités de shooteur longue distance, il se fait sa place et joue 21.3 mins par match, tournant à 6.7pts, 3.2asts et surtout un 50.7% à 3pts qui est la meilleure marque de la ligue !! Il restera aux Cavs pendant 2 saisons et demi de plus, signant des productions similaires malgré quelques blessures par ci par là qui gênent sa progression. Lors de la saison 91/92 il sera titulaire à 20 reprises, parfois en meneur parfois en arrière quand Craig Ehlo est blessé. Il ne sera titulaire qu’à une seule reprise lors de la suite de sa carrière !!

steve-kerr-mark-price

En cours de saison 92/93 il est tradé à Orlando contre un second tour de Draft, la bas aussi il connait quelques pépins physiques et joue peu (47 matchs pour 9.4 minutes en moyenne). Libre de tout contrat à la fin de la saison, il pense que cette fois, c’est terminé. Quelle équipe voudrait d’un joueur aux capacités limités et qui en plus est régulièrement blessé, n’ayant pas dépassé les 57 matchs disputés sur une saison depuis 3 ans ? Alors qu’il pense déjà à une reconversion, il est appelé par les Chicago Bulls qui proposent un contrat longue durée. Wait ? Les Chicago Bulls ? L’équipe qui vient de gagner les 3 derniers titres NBA, qui compte dans ses rangs Michael Jordan, Scottie Pippen et 2 meneurs talentueux en BJ Armstrong et John Paxson, qui vient d’inscrire le 3pts du titre, à besoin de Steve Kerr ? C’est une blague ? Non, Chicago est sérieux et Kerr ne se fait évidemment pas prier.

Mais à peine quelques jours après sa signature, Kerr apprend que Michael Jordan s’en va, très atteint par le décès de son père, assassiné sur une aire d’autoroute quelques semaines plus tôt. Mais avec Pippen en leader, Chicago n’en reste pas moins dangereux et Kerr s’intègre rapidement, signant 16pts dés son 1er match et devenant un membre régulier de la rotation de Phil Jackson, qui lui offre son plus gros temps de jeu en carrière : 24.8mins par soir et Kerr répond avec sa meilleure moyenne offensive (8.6pts à 49.6%). Il devient vite un joueur précieux de l’effectif, signant un exceptionnel 52.4% à 3pts lors de la saison 94/95, ce qui est encore aujourd’hui le meilleur pourcentage à 3pts sur une saison NBA. Mieux, il dispute tout les matchs lors de ces 2 saisons là !!

343bdb99a93a8ecfcc2cf77992f6d9b3

Avec le retour de Michael Jordan dans l’équipe, l’ambition revient et chaque entraînement devient une vraie compétition. Pas du genre à se dégonfler, Kerr y va de bon coeur, au point que lors de la pré-saison 95, Jordan et Kerr en viennent aux mains après un contact jugé trop virulent par « His Airness ». « Il m’a mis une droite mais sur le coup je n’avais même pas réalisé qu’il m’avait frappé. On était dans l’excitation et on a été rapidement séparé. Dans l’après midi il m’a appelé pour s’excuser et je lui ai dit que je comprenais totalement, avec toute la pression qu’il y a autour de lui et son come back, dés fois il faut que ça sorte ». Dira Kerr après coup. Cet accrochage va rapprocher les 2 joueurs, qui partagent aussi la douleur d’un père tragiquement disparu. Et MJ sera par la suite beaucoup plus respectueux envers Kerr qui n’a pas reculé au moment de la bagarre.

Par la suite Chicago va retrouver les sommets et devenir l’équipe la plus populaire de l’histoire du BasketBall. Les médias parlent en permanence des exploits des Jordan, Pippen, Rodman, tout comme des faits divers du tatoué. Tout ce qui touche de près ou de loin aux Bulls fait l’actu. La franchise établi un record de victoire en saison régulière (72-10) et remporte le titre 1996 face à Seattle. L’année suivante le bilan est de 69-13 et Utah se dresse sur le chemin des Bulls lors des finales NBA. Au Game 6, la victoire offrirait le titre à Chicago dans son United Center. 86 partout, 28 secondes à jouer et temps mort Bulls. La planète entière le sait, Jordan va prend le tir de la gagne, c’est écrit, il a déjà inscrit un Buzzer Beater au G1 et sort tout juste d’un « Flu Game » légendaire. Pendant le temps mort, Jordan est assis à côté de Kerr et lui dit de se tenir prêt en cas de prise à 2. Kerr répond qu’il sera prêt. Comme prévu, Stockton vient faire prise à 2 et laisse Kerr démarqué. Jordan le sert et Kerr donne l’avantage aux siens d’un Jumper tête de raquette. Chicago s’impose et remporte son 5ème titre NBA en 7 ans. Lors de la parade dans les rues de la ville, Kerr offre sa version des faits, non sans humour : « On m’a posé beaucoup de questions à propos de ce shoot et j’ai entendu pas mal de fausses informations donc je voulais mettre tout ça au clair : pendant le temps mort Phil Jackson a demandé à Michael de prendre le dernier tir mais ce dernier à dit qu’il ne se sentait pas à l’aise dans ce genre de situation et qu’il fallait plutôt demander à Steve. Je me suis dit qu’il fallait encore que je sorte Michael du pétrin, mais je l’ai fait tout l’année alors une fois de plus ou de moins vous savez … »

Steve-Kerr-s-winning-shot-chicago-bulls-8856241-485-777

En 4 ans à Chicago, Kerr n’a pas loupé un seul match mais même lui doit succomber à la vague de blessure qui plombe les Bulls lors de la saison 97/98. Une blessure à la clavicule le prive d’une trentaine de matchs mais il est là pour les PO et pour aider les Bulls dans leur quête du THREE-PEAT. Chicago retrouve une nouvelle fois Utah en finale NBA et lors du Game 2, Kerr manque un tir à 3pts dans la dernière minute mais prend son propre rebond et adresse une No-Look Pass à Jordan qui inscrit un 3pts Play crucial !! Quelques jours plus tard Jordan inscrira le panier de la gagne à 6 secondes du terme lors du Game 6 pour le 6ème titre des Bulls !! La fête est grandiose mais ils savent déjà que c’est la fin d’un cycle exceptionnel.

Durant l’été, Jordan, Pippen, Phil Jackson, Rodman, Longley et presque tout les autres quittent Chicago. Steve Kerr signe aux Spurs de San Antonio, ou il retrouve son ancien partenaire à Arizona, Sean Elliott. Lors de son retour au United Center avec sa nouvelle équipe, il signe 11pts dont 3/3 à 3pts pour faire l’écart et offrir la victoire aux siens. Dans cette année de Lockout et une saison réduite à 50 matchs, les Spurs tirent leur épingle du jeu et malgré l’absence de Kerr sur blessure pour une bonne partie des PO, il est de retour en finale de Conférence puis en finale, ou San Antonio triomphe de Knicks privés de Patrick Ewing (4-1) pour remporter le 1er titre de leur histoire, le 4ème en 4ans pour Steve Kerr, qui aurait pu prédire ça un jour ? Même lui n’en revient toujours pas et vie un rêve éveillé.

L’année suivante est surtout remplie de blessure pour Kerr, qui manque plus de la moitié de la saison mais aussi les PO, qui tournent courts vu que Tim Duncan est également blessé à ce moment là, et Phoenix sort les Spurs dés le 1er tour (3-1). Avec tout le monde en forme (et malgré quelques nouveaux pépins physiques pour Kerr), les Spurs se reprennent et atteignent les finales de conférence 2001 … mais subissent un sweep violent face aux Los Angeles Lakers de Phil Jackson, qui avait déclaré après le titre 1999 des Spurs que comme c’était une année de Lockout avec moins de matchs, il devrait y avoir un astérisque à côté de leur titre.

kerr3-web

Kerr est ensuite tradé à Portland ou il retrouvera Scottie Pippen mais malgré un effectif prometteur, c’est un nouveau sweep face aux Lakers qui attend Steve Kerr, au 1er tour cette fois. Dans la foulée il est renvoyé à San Antonio et devient le back-up de Tony Parker. A 37 ans, il n’est là que pour jouer les utilité. Il est assez épargné par les blessures en saison régulière (75 matchs) mais rechute en PO, manquant une bonne partie des 2 premiers tours. Mais il va connaitre son ultime heure de gloire lors des finales de conférence. La lutte est acharnée entre Dallas et San Antonio dans un Derby Texan dantesque. Au Game 6, Kerr, 2pts en 13 mins en cumulé sur 5 matchs de PO jusque là, va prendre feu et aligner les paniers à 3pts dans le crunch time pour assommer les Mavericks. 12pts à 4/4 à 3pts en 13 mins et voilà les Spurs qualifié pour les NBA Finals !! Face aux New Jersey Nets, Duncan, Ginobili et Parker finissent le travail pour s’adjuger le titre, le 5ème pour Kerr, qui prend sa retraite dans la foulée, après une carrière extraordinaire avec dont 5 bagues et le record d’adresse à 3pts de la ligue (45.4%). Un palmarès loin d’être aussi modeste que son possesseur, qui n’a jamais fait de vagues et à juste bossé pour y arriver.

Mais Kerr ne va pas quitter le paysage NBA et fait ses débuts en tant que commentateur sur la chaîne TNT aux côtés de Marv Albert. Un rôle qui plait à Kerr mais il souhaite être plus actif au sein d’une franchise et devient, en 2007, General Manager des Phoenix Suns, franchise pour qui il occupait déjà un rôle de consultant depuis quelques années. Il restera 3 ans à ce poste de GM, avec des décisions très discutées comme le trade qui envoie Shawn Marion à Miami contre le Shaq. Un trade qui fera couler beaucoup d’encre car la mayonnaise n’a jamais pris entre le « Big Cactus » et les Suns de Stoudemire et Steve Nash, qui sont éliminés au 1er tour des PO 2008, alors que Phoenix avait toujours passé ce tour lors des 3 saisons précédentes. C’est même pire l’année d’après car malgré un bilan positif (46-36), Phoenix n’est pas en PO !! En 2010, et malgré l’excellent parcours de la franchise en PO (élimination en finale de conférence par les Lakers), Kerr quitte ses fonctions. Il détenait jusqu’à cette année encore 1% des parts de la franchise.

Après cette aventure de 3 ans dans l’Arizona, Kerr retourne sur TNT et reprend son rôle de commentateur. En parallèle, il prête sa voix aux jeux vidéos NBA Live de 2006 à 2010, puis les NBA 2K depuis 2012. Il participe également de manière régulière au site Grantland. Mais parce qu’il ne tient pas en place, il se lance dans le coaching et après avoir longtemps été pressenti sur le banc des New York Knicks, avec Phil Jackson devenu le patron du sportif de la Franchise New Yorkaise, c’est finalement de l’autre côté du pays, à Oakland, que Kerr va faire ses débuts en tant que Head Coach dans quelques semaines. Gageons qu’avec des shooteurs comme Curry et Thompson, Kerr sait à quoi s’attendre.

steve-kerr-bob-myers-nba-golden-state-warriors-steve-kerr-press-conference

Stats en carrière (entre parenthèses ses stats à Chicago) :

Matchs : 910 (378)
Points : 5437 (3109)
% à 3pts : 45.4% (47.9%)
Rebonds : 1060 (567)
Assists : 1658 (824)

Palmarès :

5 x Champion NBA (1996, 1997, 1998, 1999, 2003)
3pts shootout Champion (1997)
Shooting Star Champion (2006)
FIBA World Champion (1986)
Meilleure adresse à 3pts de l’histoire de la NBA sur une saison (52.4%) et en carrière (45.4%)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *