BullsFr

Chicago Bulls @ New York Knicks (19/12/15)

Derrick Rose drives at Knicks

A peine le temps de faire la sieste que les Bulls retrouvent les parquets, moins de 24h après une défaite à la maison en 4 prolongations et le voyage en avion jusqu’à New York qui a suivi. Un voyage que n’a pas fait Pau Gasol, laissé au repos par Fred Hoiberg après avoir joué 48mins hier soir. Rose et Butler ont eux joué 54 et 55mins mais devraient être là. En face, les Knicks sont sur une bonne dynamique dans le sillage de la révélation Porzingis. Le Letton enchaîne les sorties de très haute volée et se place comme un sérieux prétendant au ROY, pendant que NY gagne enfin des matchs (13-14).

Bien entendu la gestion de la fatigue sera primordiale pour espérer lutter dans ce match. A noter que les Knicks aussi sont en back-to-back mais n’ont pas beaucoup voyagé (ils étaient à Philadelphie) ni eu à jouer 4 OT. Il sera intéressant de voir comment Hoiberg va gérer ses rotations ce soir. GO BULLS !

BLAST FROM THE PAST : L’un des plus fameux Dunk de Michael Jordan, qui prend Starks et Oakley a revers avant de mettre Ewing sur le poster …

Starting 5 Chicago : Rose – Butler – Snell – Gibson – Noah
Coach : Fred Hoiberg (15-9)
Absent(s) : Mike Dunleavy – Pau Gasol

Starting 5 New York : Calderon – Afflalo – Anthony – Porzingis – Lopez
Coach : Derek Fisher
Absent(s) :

1er Quart :

Chicago démarre fort avec du rythme, de bonnes passes pour trouver le joueur démarqué et beaucoup d’énergie, avec un Noah déjà chaud bouillant avec 2 lay-ups, une claquette et un lancé pour faire 12-2 Bulls ! Mais avec Anthony qui passe la seconde, New York ne met pas longtemps à se reprendre, avec 2 bonnes contre attaques ou Melo fini puis trouve bien Lopez en match-up favorable face à Butler. Il lâche ensuite une vilaine brique et les Knicks ont du mal à évoluer sur jeu placé, les mouvements défensifs des Bulls gênant bien les lignes de passe et ils ressortent également bien sur les shooteurs. Le rythme a fortement diminué, logique avec 2 équipes en back-to-back. Plus rien ne rentre côté Bulls avec entre autre un Air Ball et une brique d’Hinrich. Pendant ce temps New York enchaîne et avec Melo qui rentre des shoots improbables, de quoi mener 25-18, après un 25-6 run …

2ème Quart :

Hoiberg passe en Small Ball avec Brooks, Kirk, McDermott, Mirotic et Portis mais entre Mirotic qui marche sur la ligne et une adresse générale assez triste, difficile de revenir au score. Avec un seul panier inscrit en 6mins et une multitude de mauvais choix, Chicago ne sait pas comment inverser la tendance, d’autant que les Knicks, eux, en profitent pour prendre le large avec Melo mais surtout avec son superbe Rookie Letton, Porzingis, qui trouve superbe Melo sous le cercle puis enchaîne les paniers, que ce soit mi distance ou de plus loin ! Le retour de Noah redonne des couleurs à l’attaque des Bulls et le Français se fait plaisir avec un Dunk en Coast to Coast, mais il est un peu seul pour sonner la révolte devant des Knicks en confiance, plus « frais » et qui montre un bon esprit collectif. Pas étonnant de les voir imposer le rythme et être devant à la pause : 49-39.

Joakim Noah left hand hook at Knicks

3ème Quart :

Malgré une bonne exécution et du mouvement, l’attaque des Bulls est totalement éteinte et ne rentre pas un tir, manquant des lay-ups et des secondes chances en pagaille pendant que les Knicks se régalent avec notamment Afflalo qui dégaine avec envie et surtout avec réussite ! Le contraste est saisissant entre la réussite des locaux et les difficultés des visiteurs, à l’image d’une claquette de Noah ou le ballon reste coincé entre le cercle et le panneau. L’accumulation de tirs trop courts montre bien que les Bulls sont éclatés physiquement, à part Noah qui rentre même des Tornados. Mais en face les Knicks ont la baraka ! Porzingis rentre un step back, Melo un tir « en cuillère » et même Lance Thomas réussi un And One en force … Heureusement Bobby Portis rentre et fait un bien fou, le Rookie plantant 2 THREES dans les 90 dernières secondes pour revenir à 77-68.

4ème Quart :

On apprend que McDermott ne reviendra pas (douleur au genou) et les Knicks signent un 8-0 avec des lancés et beaucoup d’actions près du cercle pour débuter le quart. Chicago continue de shooter trop court et n’effectue aucun stop défensif de l’autre côté, rendant caduque tout espoir de retour même si Brooks enchaîne un THREE et 2 lancés. Thomas plante un THREE et ça sent le blowout (95-78) malgré tout les bons efforts de Portis, d’une énergie fabuleuse. Hoiberg semble d’ailleurs déjà lâcher l’affaire en alignant Bairstow et Moore avec Portis, Brooks et Mirotic. De toute façon les Knicks ont tout : la réussite, la continuation … alors à quoi bon ? Cette défaite était prévisible vu les circonstances de la veille et malgré quelques bons moves de Moore et Portis qui fait ses stats, ça n’ira pas plus loin. Victoire de New York 107 à 91.

Bobby Portis jumper at Knicks

BoxScore

Impressions : Cette défaite était quasiment écrite à l’avance tant Chicago était évidemment lessivé après 4 OT la veille et le voyage à New York, ou ils sont arrivés à 4:30 du matin. Une fatigue que les Knicks ont parfaitement su exploiter en plantant des accélérations fatales dans les moments importants, comme les fins de quarts pour placer des runs. Chicago n’a jamais vraiment su contrer l’élan des locaux, délaissant son cercle à la merci des attaques adverses, ni imposer son propre rythme, avec une avalanche de tir trop courts, de secondes voir troisièmes chances qui ne rentrent toujours pas et globalement une énergie trop absente vue la fatigue pour pouvoir revenir. Seuls Noah, auteur de son 1er double double de la saison (21pts/10rbs) et devenu meilleur rebondeur offensif de l’histoire des Bulls et Bobby Portis, enfin sur le parquet, ont répondu présent (20pts à 8/18, 11rbs, 1ast, 2stls en 22mins).

Titulaires, Rose, Snell et Gibson n’ont même pas joué 20mins, fort logiquement, mais le banc n’a pas su se mettre au niveau pour combler le manque de fraîcheur (Mirotic, va falloir s’asseoir 2 mins qu’on discute). On a même perdu McDermott dans la bataille, touché au genou. Après le match Butler n’a pas manqué de parler du manque de dureté de son coach, ce qui devrait avoir des répercussions pour la suite.

La suite, c’est la réception des Nets lundi avant un back-to-back à Oklahoma et Dallas les 25 et 26 décembre. Mais avant ça, un peu de repos fera le plus grand bien à tout le monde. GO BULLS !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *