BullsFr

La saison 2001/2002

L’incompréhension la plus totale règne vis à vis de la Franchise de l’Illinois au soir de la Draft 2001 ! Ce soir là, les Bulls décident de trader Elton Brand, le joueur qu’ils ont passé 2 ans à développer pour en faire le visage de la franchise et un pion essentiel de leur reconstruction, un élément extrêmement solide et convaincant, contre un Rookie de 19 ans qui est passé directement du lycée à la NBA : un certain Tyson Chandler, drafté en 2ème position par les Los Angeles Clippers ! Jerry Krause est très excité à l’idée d’associer Chandler, 2m16, à son propre choix de Draft, un autre gamin de 19 ans qui arrive lui aussi en NBA sans passer par la case Université : Eddy Curry, 2m11 et natif d’Harvey, non loin de Chicago ! Les 2 intérieurs ont beaucoup fait parler d’eux par leur taille et leurs qualités athlétiques lors des étés précédents et sont présentés comme les 2 meilleurs lycéens du pays, Curry étant désigné MVP du prestigieux McDonald’s All American en 2001, ou il était en duel avec … Tyson Chandler, qui tournait lui à 26pts, 15rbs et 8blks par match lors de son année senior, étant désigné à 2 reprises California Mr Basketball.

Lors de cette même Draft Chicago sélectionne Trenton Hassell au 2ème tour. L’idée est d’ajouter une vrai dimension athlétique à l’équipe en y ajoutant l’ailier Eddie Robinson, joueur spectaculaire et scoreur régulier en sortie de banc depuis 2 ans avec les Charlotte Hornets, de quoi se voir offrir un incroyable contrat de la part de Krause, persuadé qu’il tient là une future pépite : 32 millions de Dollars sur 5 ans ! Hélas Jamal Crawford, lui aussi doté de grosses qualités athlétiques, va subir une rupture des ligaments croisés du genou pendant l’été et manquera la grande majorité de la saison, qui sera marquée par le nouveau retour sur les parquets de Michael Jordan, pas avec les Bulls cette fois mais avec les Washington Wizards.

Pour aider Chandler et Curry et se faire à la NBA, Chicago obtient le retour du vieux briscard Charles Oakley, dont le rôle sera principalement de former les 2 jeunes intérieurs, mais l’apprentissage va s’avérer extrêmement délicat. Les 2 Rookies débutent sur le banc derrière le duo Charles Oakley – Brad Miller et peinent à se faire au rythme et aux exigences du monde professionnel. Habitué à dominer sans efforts au Lycée, Chandler et Curry vivent assez mal d’être systématiquement malmenés dés qu’ils rentrent sur le parquet, que ce soit aux matchs ou aux entraînements, avec Oakley qui les forme à la dure.

alg-tyson-chandler-eddy-curry-jpg

Chicago débute péniblement la saison, perdant de 25 points à domicile pour l’ouverture de la saison face aux Pacers (98-73), suivi d’une défaite à Boston (96-82). Il faudra 17pts de Greg Anthony et Ron Mercer pour battre New York pour un succès 84-79 qui sera sans lendemain, les Bulls prenant une nouvelle fessée à domicile face à Detroit (97-73) avant de subir la pire défaite de l’histoire de la franchise : 53pts d’écart pour une humiliation à Minnesota, 127-74 ! Sans Ron Artest et Eddie Robinson, tout 2 blessés, difficile de trouver les bons automatismes offensifs. Robinson fera son retour au match suivant en signant 17pts, 6rbs, 4stls dans une défaite contre Charlotte. Hélas, il se fait une fracture au gros orteil gauche et quitte de nouveaux ses partenaires, après seulement 3 matchs disputés.

Pendant ce temps, l’équipe continue de subir de cuisantes défaites, avec un Circus Trip sans la moindre victoire (0-7) ! 2 bons succès contre Miami et Houston ne suffisent pas à redonner un peu de confiance à ce groupe amoindri et en manque évident de talent et d’expérience, même si les bonnes prestations offensives de Marcus Fizer en sortie de banc et celles défensives du Rookie Trenton Hassell, qui est entré dans le 5, sont de légers motifs d’espoir. Mais ça ne permettra pas d’enchaîner les victoires, bien au contraire. Chicago va subir 8 défaites de rang entre le 11 et le 27 décembre malgré le retour d’Artest peu avant noël. Avec 2 succès contre Cleveland et Milwaukee, les Bulls terminent l’année 2001 avec un bilan exécrable de 6-23 et un nouveau coach. Tim Floyd a fini par jeter l’éponge juste avant noël, remplacé pour 2 matchs par Bill Berry puis par Bill Cartwright, qui était assistant jusque là.

Artest signe un Career High de 29pts contre Dallas pour débuter l’année 2002 mais Chicago va perdre 6 matchs consécutifs début janvier, avec notamment une rencontre historique le 4 à Washington. Pour la 1ère fois, Michael Jordan affronte les Chicago Bulls, sa franchise de toujours. Et pour se rappeler aux bons souvenirs de Jerry Krause, il décide d’écrire l’histoire, dépassant ce soir là les 30.000 points en carrière puis signant un énorme contre à 2 mains sur Ron Mercer qui partait en lay-up dans les dernières secondes ! 2 semaines plus tard, le 19 janvier, les 2 formations se retrouvent au United Center et Jordan y reçoit une énorme ovation lors de la présentation des équipes, ce qui fera perdre son job à Ray Clay. Le légendaire annonceur des Bulls a présenté Jordan avec enthousiasme, comme s’il faisait parti de l’équipe locale. Une annonce qui a engendré la fameuse ovation, ce qui lui attirera les foudres de Krause, qui lui montrera la porte !

michael-jordan-blocks-ron-mercer

Chicago n’inscrira que 69pts ce soir là contre les Wizards et les défaites vont continuer de s’accumuler, avec 4 revers de suite mi février dont le dernier à Miami ou l’équipe ne totalise que 25 rebonds, le pire total de leur histoire, avec seulement 2 prises offensives. La prestation humiliante de trop et Krause force un trade important dés le lendemain, dernière journée avant la deadline : Il envoie Ron Mercer, Ron Artest, Brad Miller et Kevin Ollie chez les Pacers en échange de Travis Best, Norman Richardson et surtout Jalen Rose ! Rose est un joueur d’expérience, un élément majeur de l’équipe d’Indiana qui a disputé les finales NBA 2000 face aux Lakers. Bien décidé à prendre son nouveau rôle de leader au sérieux, il passe sa visite médicale le 20 janvier au matin et prend part à la rencontre du soir même contre les New York Knicks, ou il inscrit 36pts à 13/24 et 6 passes pour offrir à Chicago son 13ème succès de la saison, avec l’aide de Chandler et Curry, désormais dans le 5 et auteurs d’un double double chacun (13pts, 14rbs pour Chandler et 16pts à 6/9 et 12 prises pour Curry).

Les Bulls remporteront leurs 2 matchs suivants, face à Phoenix et Golden State, avec 30pts de Marcus Fizer en sortie de banc contre les Warriors. Entre temps Eddie Robinson est revenu sur les parquet pour quelques semaines avant de se blesser à nouveau, mais l’arrivée de Rose et Best ne permet pas de modifier l’alchimie de l’équipe, qui affiche encore d’évidentes carences dans de nombreux secteurs importants. Après cette série de 3 succès, Chicago va perdre 19 des 21 matchs suivants, ne l’emportant que devant des Wizards sans Jordan blessé et à Houston en prolongation grâce à un buzzer beater en prolongation de Jalen Rose, auteur d’un Career High de 44pts ! Pour le reste, c’est une nouvelle succession de revers d’importance : -25 à Washington, -27 contre San Antonio, -29 à Milwaukee, -20 contre Philadelphie, -19 à Cleveland …

Rose tente tout pour se comporter en leader, prenant la parole lors des entraînements parce que Bill Cartwright a des problèmes de voix et n’hésitant pas à prendre sous son aile les jeunes Curry, Chandler et Crawford, qui a retrouvé les parquets début mars après son opération du genou de l’été précédent. Il les conseille sur comment gérer leur argent et promet 500 Dollars à Curry et Chandler pour chaque double doubles qu’ils postent.

200501071362_891785

Pour les 6 derniers matchs de la saison régulière, Jamal Crawford intègre le 5 de départ et aide les siens à remporter 4 rencontres dont 3 de suite. Juste assez pour permettre à Chicago de dépasser les 20 victoires sur la saison (21-61), un bilan qui constitue une légère progression par rapport aux 2 saisons précédentes. Bill Cartwright est prolongé pour 3 ans et la base Rose, Curry, Chandler, Crawford, bien que peu expérimentée, a montrée pas mal de bonnes choses sur les dernières semaines. De quoi, peut être, se montrer optimiste pour la suite …

Bilan : 21-61
Classement : 8ème de la Central Division, 15ème de la Conférence Est
Attaque : 89.5PPG (28ème sur 29)
Défense : 98.0PPG (23ème sur 29)
Meilleur marqueur : Jalen Rose (23.8)
Meilleur rebondeur : Brad Miller (8.4)
Meilleur passeur : Greg Anthony (5.6)

Crédit Montage : Laurent Rullier (Basket Rétro)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *