BullsFr

La saison 2004/2005

04-05

Les travaux sont nombreux et variés pour John Paxson et la direction des Bulls, avec Pax qui confirme sa stratégie de recruter des joueurs qui ont l’habitude de gagner en revenant de la Draft avec Ben Gordon de Connecticut puis l’ailier Luol Deng et le meneur Chris Duhon, tout 2 en provenance de Duke. Il va également aller chercher l’ailier Argentin Andrès Nocioni, qui évoluait au Tau Ceramica en Espagne, un élément majeur de l’équipe nationale Argentine qui avait battu les USA à Indianapolis lors des Championnats du Monde en 2002 ! Il va ensuite convaincre Jerry Reinsdorf de se débarrasser d’Eddie Robinson en rachetant les 2 ans restants sur son juteux contrat. Robinson a enchaîné les blessures pendant 3 ans et n’a jamais réussi à retrouver son rythme ni ses grosses qualités athlétiques. Il ne mettra plus un pied en NBA après ce contrat racheté.

Les Bulls ont également mis un terme au contrat de Jay Williams, dont le retour sur un terrain de Basket un jour est plus qu’incertain. Le jour de son accident, Williams roulait sans casque et sans permis valide pour circuler en moto dans l’Illinois et la pratique de la moto était l’une des interdictions figurant dans son contrat. Il est donc viré par la franchise, mais Reinsdorf décide quand même de lui payer les 3 millions de ce qu’il restait de son contrat Rookie, sans y être obligé le moins du monde, afin de l’aider à régler ses nombreux frais médicaux.

Mais les mouvements qui font le plus parler sont le départ à la retraite de Scottie Pippen a qui il restait encore un an de contrat, puis un trade qui envoie Jamal Crawford et Jerome Williams aux New York Knicks contre Dikembe Mutombo, Frank Williams et Cezary Trybanski ! Mais à peine un mois plus tard ce même Mutombo est expédié aux Houston Rockets contre Adrian Griffin, le shooteur Erik Piatkowski et Mike Wilks, qui sera coupé dans la foulée. Cette fois, Chicago DOIT retrouver les Play-offs et sortir de la morosité qui règne depuis 6 ans.

72089136.5DfLwXxr Griffin

Pourtant, le début de saison va s’avérer catastrophique ! Malgré 34pts, 8asts et 3stls de Kirk Hinrich, Chicago s’incline lors de la soirée d’ouverture à la maison contre New Jersey, en double prolongation. Suivront une défaite à Indiana puis 2 nouveaux revers à domicile, de 20pts contre Phoenix et à la dernière seconde face aux Clippers ! Pas de quoi aborder sereinement le traditionnel Circus Trip ou Chicago accumule les bilans catastrophique depuis la fin des années Jordan (0-32) ! Les 7 matchs au programme de ce Trip vont s’avérer tendus et ça débute une nouvelle fois de manière infâme avec 5 nouvelles défaites assez lourdes (-13 à Golden State, -18 à Denver et à Phoenix) avant ENFIN, la 1ère victoire dans un circus trip depuis 1998 : un succès 101-99 acquis dans les ultimes secondes sur le parquet d’Utah !

Un succès qui n’aura hélas que peu de répercutions, Chicago perdant 4 des 5 matchs suivant, ne parvenant à battre que les Los Angeles Lakers au United Center, derrière les 18pts de Curry et de Deng puis les 17 d’Hinrich et Gordon, en plus des 18rbs dont 8 offensifs de Tyson Chandler ! Chandler signera aussi 21rbs dont 11 offensifs 3 soirs plus tard à Washington mais ça ne permettra pas à l’équipe de décoller, n’affichant qu’un bien pauvre 4-15 après une défaite à domicile 93-94 contre Dallas ou Kirk Hinrich manque le tir de la gagne au buzzer.

Les ambitions de Play-Offs annoncées en début de saison en ont pris un sacré coup. Le rôle de leader confié à Kirk Hinrich semble être un fardeau un peu trop grand pour lui, qui n’est que dans sa 2ème année NBA, et la jeunesse du groupe est pointée du doigt, tout comme les méthodes de Scott Skiles. Mais il va décider de lâcher un peu la bribe à ses jeunes pousses et leur offrir plus de liberté offensivement et les choses vont doucement se mettre en place. Un succès précieux à Memphis démarre une série de 5 victoires pour arriver à noël avec un bilan de 9-15, après une bonne victoire sur le parquet des Pistons ou 6 joueurs inscrivent 10 points ou plus, dont 19 de Ben Gordon en sortie de banc.

Chicago Bulls v Miami Heat

Placé dans le 5 de départ en début de saison, son 9/29 aux tirs en 3 matchs a obligé Skiles à remettre Gordon sur le banc, un rôle qu’il a fini par adopter et qui lui a permis de masquer son manque d’endurance et démontrer ses énormes qualités de shooteur. Véritable bombardier longue distance et joueur qui n’a pas froid aux yeux, « BG7 » pose systématiquement des problèmes aux défenses adverses, entre sa capacité à dégainer de loin et un physique solide qui lui permet d’attaquer le cercle avec force. Il inscrit 31pts à 13/24 dont 4/4 à 3pts contre Minnesota, puis enchaîne 3 matchs de suite à 19 unités pour conclure l’année 2004 avant d’en mettre 18 contre Orlando et 27 face à Detroit, avec 5 bombes longues distances sur 7 tentatives.

Gordon se distingue également par sa capacité à tuer les matchs dans les moments décisifs, se faisant un spécialiste des 4èmes quart-temps. Après un succès de 32pts (110-78) contre Philadelphie, Chicago est sur une nouvelle série de 5 victoires consécutives avant d’affronter 2 fois les New York Knicks en 3 soirs. En gagnant ces 2 matchs, Chicago reviendrait à une victoire d’un bilan équilibré, ce qui semblait absolument impensable un mois auparavant ! Le 1er affrontement a lieu au United Center le 15 janvier et New York mène 65-56 après 3 quart-temps. Ben Gordon plante 2 paniers à 3pts puis un And One dés les premières minutes du 4ème quart, relançant totalement le match. Il égalise même de près et fait passer les siens devant sur des lancés francs dans une salle chaude comme la braise. Il totalise 14 de ses 16pts du soir dans ce quart temps et Chicago s’impose 86-84 après un lay-up de Curry à 2 secondes du terme puis un contre de Tyson Chandler sur Nazr Mohammed au buzzer !

Le United Center explose et se met à rêver, d’autant que 2 jours plus tard, au Madison Square Garden, les Bulls remettent ça : il reste 3 minutes 30 à jouer et les Knicks viennent de prendre 8pts d’avance (84-76). Gordon entre alors en scène et claque un 3pts puis 2 lay-ups en force avant qu’Andrès Nocioni n’égalise à 86-86 à l’entame de la dernière minute. Le score n’évoluera plus jusqu’à la dernière possession en faveur de Chicago. Il reste 16.1 secondes, Ben Gordon temporise, profite d’un écran de Chandler, prend de vitesse Mike Sweetney et envoi un Floater d’une hauteur folle qui redescend dans le panier avec 0.1 au chrono ! Chicago l’emporte 88-86 au MSG dans une euphorie incroyable !

ben-gordon-nba

A ce moment là de la saison, les Bulls sont sur une formidable série de 13 succès en 16 matchs depuis la défaite contre Dallas et le bilan est désormais tout proche d’être équilibré (17-18). La situation s’est totalement inversé et le momentum est désormais avec ce jeune groupe qui évolue avec confiance. Après une défaite à Boston, Chicago signe une nouvelle série de 5 victoires pour faire passer son bilan à 22-19 et même 26-23 au moment de la coupure du All Star Game, après 28pts à 11/16 dont 6/8 à 3pts d’Hinrich et 25pts de Curry lors du dernier match avant la trêve, une victoire 121-115 à Toronto. A la reprise, Ben Gordon claque 29pts à 9/21 dont 6/9 à 3pts en 25mins en sortie de banc pour un succès en prolongation contre Miami, ce qui lance bien les Bulls pour le sprint final et des rêves de Play-Offs qui se précisent de plus en plus.

3 défaites pour débuter le mois de mars, dont une de 30 points à domicile contre Houston (89-119) ne suffisent pas à calmer les espoirs de ce jeune groupe qui se donne à fond tout les soirs, empochant 2 bonnes victoires chez des équipes de l’Ouest, à Portland et Seattle avec 25 et 20pts d’Eddy Curry, avant d’enclencher la seconde avec 9 succès consécutifs entre le 19 mars et le 2 avril, dont 4 victoires à l’extérieur ! La série prendra fin le 5 avril à Miami dans un match ou Andrès Nocioni fait une très grosse faute sur Wade puis est balancé dans les tribunes par Udonis Haslem, avant qu’un spectateur ne balance son gobelet sur l’ailier Argentin des Bulls. Un début d’accident similaire à la terrible baston du Palace d’Auburn Hill entre Indiana et Detroit, ou était d’ailleurs impliqué l’ex Bull Ron Artest, mais cette fois le spectateur est rapidement éjecté de la salle et Nocioni écope d’une Flagrant One tandis qu’Haslem est exclu.

Nocioni sera suspendu 1 match après une nouvelle grosse faute quelques jours plus tard sur Tayshaun Prince des Pistons. Un autre problème de taille en cette fin de saison régulière concerne Eddy Curry. Le pivot des Bulls est hospitalisé car les battements de son coeur sont irréguliers, ce qui va lui faire manquer la fin de la saison. Une absence lourde de conséquence pour Chicago, qui se prépare à aborder ses premiers Play-Offs depuis 1998 sans leur meilleur scoreur (16.1pts à 53.8%). Car l’équipe, surnommée les « Baby Bulls », est finalement là et bien là pour les Play-Offs ! Après un 0-9 en début de saison, Chicago signe un 47-26 tonitruant pour terminer à 47-35 et la 4ème place de la conférence Est, s’offrant même l’avantage du terrain pour leur retour en post-season !

eddy

Chicago est opposé à une autre jeune équipe en pleine progression pour ce premier tour : les Washington Wizards d’un Gilbert Arenas au sommet de son art même s’il n’inscrit que 9pts à 3/19 aux tirs au Game 1, remporté par Chicago 103-94 derrière les 30pts à 11/19 dont 3/5 à 3pts en sortie de banc de Ben Gordon puis la performance titanesque d’Andrès Nocioni, qui inscrit 25pts, gobe 18rbs et sors sous les acclamations d’un United Center conquis par le Sud Américain, qui se sera battu et jeté sur tout les ballons pendant 47mins !

Au Game 2 Arenas se réveille et claque 39pts à 14/25 mais la réplique vient cette fois de Kirk Hinrich qui inscrit 34pts à 12/15 aux tirs dont un impeccable 5/5 à 3pts ! Chicago s’impose de nouveau et mène 2-0 dans la série pour son grand retour en PO ! Mais la suite sera moins joyeuse et l’absence de Curry va de plus en plus se faire ressentir au fil des matchs et les Wizards en profitent. Au Game 3, 4 joueurs de Washington atteignent les 20pts, dont Etan Thomas en sortie de banc, pour relancer la série et même l’égaliser au Game 4 avec un Juan Dixon en état de grâce avec 35pts en sortie de banc ! Pourtant les remplaçants de Chicago ont eu aussi été performants avec 18pts de Jannero Pargo, 13 de Griffin et 13 de Chandler, avec 13rbs.

La série repart à Chicago et les Wizards, désormais en confiance, prennent vite les devants en menant de 14pts à la pause (63-49). Leur avance est même de 15pts à 9:30 du terme avant que Ben Gordon ne prenne les choses en main avec un 3pts, 2 lancés et 2 lay-ups. Tyson Chandler sort également de sa boite et inscrit lay-up après lay-up devant une défense impuissante. Chicago est malgré tout encore à -10 à 40 secondes du terme mais 3 paniers à 3 points de Jannero Pargo, un autre de Kirk Hinrich et de nombreux lancés francs manqués par Washington permettent d’égaliser à 110-110 avec 5.2 secs à jouer. Le United Center est en fusion mais la dernière possession est pour Washington et Gilbert Arenas réussi son tir au buzzer pour offrir la victoire et l’avantage dans la série à la franchise de la capitale !

chi-081023hughes1620081023224043

Au Game 6 et dans une tension extrême, Chicago parvient quand même à s’offrir une chance d’égaliser et de s’offrir un Game 7 à la maison, quand Tyson Chandler met les siens à +4 après un lay-up à 2:54 de la fin. Mais à partir de ce moment, Chicago ne va plus rentrer un tir, perdre des ballons en pagaille et craquer sous la pression. Washington passe devant mais les Bulls peuvent égaliser avec un 3pts sur la dernière possession. Nocioni tente sa chance et manque, Chandler prend le rebond offensif mais au lieu de ressortir pour un partenaire à 3pts, il prend un tir à 2pt qu’il manque, laissant les Wizards fêter leur qualification.

La fin de la série laisse beaucoup de regrets côté Chicago même si le bilan global de la saison est très encourageant pour la suite. La saison est tout de même considérée comme réussie avec ce retour en Play-Offs et de jeunes joueurs qui ont montré qu’ils avaient un énorme potentiel à l’image de Kirk Hinrich (15.7pts, 3.9rbs, 6.4asts, 1.6stl), Andrès Nocioni (8.4pts, 4.8rbs), Tyson Chandler (8.0pts, 9.7rbs, 1.8blk) mais aussi Luol Deng (11.7pts, 5.3rbs, 2.2asts) et Ben Gordon (15.1pts, 2.6rbs, 2.0asts), tout 2 élus dans le meilleur 5 des Rookies, Gordon terminant 2ème du vote pour le Rookie Of the Year mais devient le premier Rookie à remporter le trophée de Best 6th Man, notamment grâce à ses coups de chauds dans les fins de matchs, avec pas moins de 21 rencontres ou il aura inscrit au moins 10pts dans les 4èmes quart-temps, soit un quart de la saison ! Seul LeBron James fera mieux cette saison là avec 22. Tout ces éléments font que Chicago est de retour parmi les franchises qui comptent et l’ambition est désormais de s’inscrire dans la continuité et progresser, même si l’été s’annonce difficile avec aucun choix de draft et plusieurs fins de contrats à gérer, dont Tyson Chandler et Eddy Curry.

Bilan : 47-35
Classement : 2èmes de la Central Division, 4èmes de la Conférence Est
Attaque : 94.5PPG (21ème sur 30)
Défense : 93.4PPG (7ème sur 30)
Meilleur marqueur : Eddy Curry (16.1)
Meilleur rebondeur : Tyson Chandler (9.7)
Meilleur passeur : Kirk Hinrich (6.4)

Crédit Montage : Laurent Rullier (Basket Rétro)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *