BullsFr

Chicago Bulls @ Orlando Magic (26/03/16)

Les 2 revers consécutifs contre New York ajouté aux victoires d’Indiana et Detroit mettent sérieusement en péril une éventuelle qualification aux prochains Play-Offs et ce n’est même plus un droit à l’erreur qu’on les Bulls, c’est simplement de se mettre à genou et prier tout les dieux en lesquels ils peuvent croire pour qu’un miracle les envoie en post-season.

En Floride, il va falloir faire le taf cette fois ci, avec une autre équipe qui n’a plus rien à jouer en cette fin de saison, même si on a vu avec les Knicks que àa ne nous aidait pas à mieux jouer. Une victoire pour un peu d’espoir, c’est tout ce qu’on demande. GO BULLS !

BLAST FROM THE PAST : Deng trouve Rose en contre attaque …

Starting 5 Chicago : Rose – Butler – Dunleavy – Gibson – Gasol
Coach : Fred Hoiberg (36-35)
Absent(s) : Joakim Noah – Cameron Bairstow – E’Twaun Moore

Starting 5 Orlando : Payton – Hezonja – Fournier – Gordon – Dedmon
Coach : Scott Skiles
Absent(s) : Nikola Vucevic – Victor Oladipo – Ersan Ilyasova

1er Quart :

Comme toutes les autres équipes de la ligue contre Chicago, Orlando attaque le cercle avec force, que ce soit Payton pour un Lay-up ou surtout Dedmon qui enchaîne Jumper, Alley-Oop et Lay-Up comme s’il était un All Star devant une défense quasi immobile, sans aide ni switchs. Gibson répond avec 2 bons reverses mais on sent que chaque panier est laborieux pour les Bulls tandis que les locaux évoluent sereinement et en confiance. Rose tente de bouger les siens en attaquant le cercle et offrant plus de rythme, inscrivant 2 bons lay-ups, puis une interception de Butler maène un jumper de McDermott, mais ils ne prennent pas le moindre rebond et continuent de se faire déboîter Inside, avec Payton puis NOcholson qui mettent un And One chacun pour faire déjà +11 (31-20). Ce match est d’ores et déjà catastrophique et c’est pas près de s’arrêter : 36-22 après 12 mins …

2ème Quart :

A part un THREE de McDermott, Chicago cherche encore des solutions offensivement mais ne développe aucun collectif, chaque tir est une action individuelle sans la moindre recherche de soutien, tandis qu’Orlando n’a qu’à pousser la balle en contre attaque pour s’envoler (45-29). Butler tente de relancer les siens mais même les lancés refusent de rentrer … Du coup c’est Gibson qui s’y colle avec de bons moves en Post-Up mais il est bien le seul à trouver des solutions tant l’absence d’impact aux rebonds et aucun Box Out défensif sont des éléments qui empêchent tout retour. Dedmon continue de dominer comme s’il était Shaq puis Watson claque un THREE en contre attaque et Fournier claque un And One pendant que Rose loupe 2 lancés … Hezonja ajoute un THREE et ce match est déjà plié avant même la pause, que les Bulls atteignent à -18, 68-50 …

3ème Quart :

Dunleavy rentre un THREE totalement démarqué et malgré 3 pertes de balle pour Orlando en 2 mins, ça reste difficile pour Chicago de se montrer dangereux offensivement avec une circulation de balle quasi inexistante, peu d’écrans ou d’aides et une sélection de tir assez pauvre. Orlando défend bien et coupe les lignes de passes avec une bonne activité, tout en étant intraitable pour attaquer le cercle de l’autre côté, avec Dedmon qui continue son show sans transpirer. 2 rebonds offensifs de suite n’aident pas à scorer pour les Bulls tandis que Gordon plante un THREE sur la contre attaque, une action symbole de la soirée … Gordon qui continue son festival avec un lay-up et une claquette devant 3 Bulls immobiles … Chicago est trop lent dans son exécution offensive et personne ne se bouge pour améliorer les choses. Dés lors pourquoi insister ? 89-71 Orlando…

4ème Quart :

Il reste 9 mins au chrono quand Orlando atteint la barre des 100pts dans ce match. Faut il en rajouter ? Non je ne pense pas. Score final 111-89.

BoxScore

Impressions : Il n’y a pas eu match, purement et simplement. Les Bulls n’étaient pas venus pour jouer et auraient pu partir à l’aéroport à la mi-temps sans que quiconque ne fasse la différence. Quand on fait passer Dedmon pour un intérieur dominant offensivement, on n’a rien à faire en Play-Off, on n’a limite rien à faire en NBA. Si la rétrogradation en D-League existait, faudrait la demander pour le bien du Basket … Plus que 10 matchs à supporter cette merde. Vivement la fin parce que là je suis à bout …

Prochaine raclée lundi soir, de retour à la maison contre Atlanta, histoire de débuter proprement une semaine de 5 matchs à la fin de laquelle on sera officiellement en vacances. Hâte qu’on en finisse …

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *